Une maquilleuse atteinte d'une maladie de peau montre l'exemple

Sophia Ridlington est une jeune femme anglaise de 22 ans. À la fin de son adolescence, on lui a diagnostiqué une maladie de peau inflammatoire incurable, le psoriasis. Son visage et son corps sont régulièrement couverts de squames rouges disgracieux. "Ma peau se fissure et saigne souvent, ce qui me fait très mal", dit Sophia. 

Cette condition médicale peut s'avérer difficile à assumer, surtout lorsqu'on est adolescente. Des crèmes aux corticoïdes permettent de soulager ponctuellement le psoriasis, mais ce n'est qu'un court répit. Cette maladie de peau apparaît particulièrement en hiver, ou lors de périodes de stress. Sophia sait qu'elle doit apprendre à vivre avec. 

Mais sa peau la complexe énormément. "Je passais la plus grande partie de mes journées à réfléchir à comment cacher mon psoriasis", raconte-t-elle. Certaines zones de son corps, comme les mains, sont particulièrement exposées. Dès qu'elle sort de chez elle, la jeune femme porte des hauts à manches longues et des pantalons longs, quelle que soit la saison. Pour le visage, elle décide d’approfondir sa connaissance des techniques de maquillage. Elle y prend goût et très vite, les produits et les gestes permettant de camoufler les imperfections n’ont plus de secret pour elle. Lorsque la jeune femme est maquillée, sa condition de peau est indétectable.

Un jour, ce qu’elle redoutait tant est arrivé : son petit ami l’a aperçue sans maquillage. Et le goujat l’a quittée sur le champs. Mais même si l’épreuve a été difficile, c'est un déclic. "Il m’a brisé le coeur. Il ne m’aimait pas pour ce que j’étais vraiment", dit-elle. La jeune femme ne veut plus jamais être définie uniquement par sa maladie de peau. Elle décide enfin de s'accepter comme elle est. 

Depuis, Sophia n'éprouve plus de gêne en public, et travaille comme barmaid. Elle souhaite vivre de sa passion, et a étudié pour devenir maquilleuse professionnelle. Aujourd’hui, à 22 ans, elle assume sa maladie de peau, contrairement à d'autres membres de sa famille, également atteints, et qui en ont honte.

Sophia a ainsi posté des photographies de son visage sans maquillage, ou à moitié maquillé, sur les réseaux sociaux. Elle souhaite que les jeunes filles souffrant de maladies de peaux s'acceptent mieux. Et elle tient à aider les victimes de psoriasis, en leur donnant un conseil : hydrater parfaitement la peau avant de la maquiller, au risque de voir la maladie s'aggraver. 

C’est vraiment choquant de constater qu’on peut être jugé et rejeté, simplement parce qu’on souffre d'une maladie. Heureusement, Sophia a su grandir de ces expériences éprouvantes. Elle est aujourd’hui une jeune femme épanouie, qui veut vivre de sa passion et qui assume parfaitement qui elle est. Bravo Sophia !

Commentaires

Également féroce