Des parents aident leur bébé malade à mourir paisiblement

Oana Papaconstantinou et son mari Alex de Carrickfergus d´Irlande du Nord ont une fille de cinq ans nommée Emma. Quand Oana tombe enceinte pour la seconde fois, leur joie est immense : cet enfant n’est sûrement pas un accident.

Bébé George fait la fierté de toute la famille. Mais après tout juste trois mois d’existence, c'est le choc : le petit bout de chou est diagnostiqué avec une leucémie.

Son petit corps va devoir endurer les tortures de la chimiothérapie. Pourtant, ça n'empêche pas cette petite boule d’amour qui n'a même pas encore sa première dent, de rayonner de bonheur. Mais, à peine le traitement commencé, les médecins sont formels : pour George, il n’y a plus d’espoir.

Pour ses deux dernières semaines, la famille entière emménage dans un hospice pour enfants afin d’accompagner George dans son ultime voyage. 165 jours après sa naissance, la vie du nourrisson va s'achever de façon tragique. “Nous lui avons permis de partir en paix, sans peur ni douleur,” raconte sa mère Oana. “Nous l’avons vu partir et nous avons chanté doucement en tenant ses petites mains jusqu’à son dernier souffle.”

Même si son temps sur Terre a été court, il a laissé une empreinte indélébile dans sa famille. Les mots tendres de sa mère décrivent la joie et l’agonie qu’ils ont traversés avec leur petit ange.

La vie -et la mort- de George a fait de nous de meilleures personnes. La vie est maintenant plus dure, mais nous l'apprécions d'autant plus. Il a été aimé et le sera toujours. Dans le court instant qu’ont été ses cinq mois de vie, George nous a appris la patience, le courage, et l’amour. Mais par-dessus tout, il nous a appris à profiter de chaque moment.

Même si la famille de George est en deuil, ils sont reconnaissants pour chaque instant qu’ils ont pu passer avec lui. Ils n’échangeraient ces 165 jours pour rien au monde.

Commentaires

Également féroce