Des utilisateurs de Twitter sauvent in extremis la vie d’un pêcheur

L'utilisateur japonais de Twitter “Narathiga” (@narathiga) part à la pêche et fait une prise énorme. N'étant pas un pêcheur aguerri, il est plutôt fier de lui et prend immédiatement une photo de son trophée. Il poste le cliché sur Twitter en déclarant, heureux, qu'il va accompagner sa prise d'une sauce “Kimo-jyoju” (une sauce au soja) et en faire un festin pour le dîner.

"J'ai attrapé un énorme monacanthidae !!! Je vais faire une sauce Kimo-iyoju et me régaler !!!", écrit Narathiga, aux anges.

Immédiatement après sa publication, des dizaines d'internautes lui envoient des messages d'avertissement : le poisson qu'il vient de pêcher est mortel !

 

"Ne le mange surtout pas !"

"Poison ! Il est venimeux ! Ne le mange pas !"

"Mortel !"

 Mais qu'est-ce qui le rend si dangereux ?

Il se trouve que le poisson appartient à la famille des Monacanthidae, et non à une race ordinaire de ce genre couramment mangée au Japon. Ce poisson-là est un aluterus scriptus aussi appelé "poisson-lime gribouillé" et est très venimeux. Ces poissons vivent normalement dans les eaux tropicales du monde entier, mais le changement climatique frappant la planète ces dernières années les poussent à se rendre également plus au Nord.

Le danger réside dans les organes internes de ce poisson qui contiennent de la palytoxine. Une substance toxique pour tous les animaux et 70 fois plus puissante que le poison présent dans le poisson-globe.

Les symptômes de l’empoisonnement sont nombreux : vasoconstriction (rétrécissement des vaisseaux sanguins), douleurs musculaires, paralysie, convulsions, contraction des muscles cardiaques, difficultés respiratoires et, selon la gravité de l'empoisonnement, arythmie, choc sceptique et une insuffisance rénale conduisant à une mort certaine. Les symptômes se manifestent rapidement et entrainent quasi tout le temps la mort de la victime en une demie-journée. Même si l'empoisonnement est léger, il faut des semaines pour s'en remettre complètement.

D'autres poissons porteurs de palytoxine sont les scaridae et les lactophrys bicaudalis.

Les pêcheurs aguerris le savent, mais les débutants peuvent facilement se faire berner et risquer leur vie en faisant un festin de leurs prises mortelles !

Flickr/keiya

Après avoir envoyé leurs messages d'avertissement, les followers de Narithiga attendent désespéramment une réponse. Les heures passent sans que le jeune homme ne se manifeste, les utilisateurs de Twitter craignent alors le pire et imaginent qu'il est mort empoisonné parce qu'il n'a pas reçu les messages à temps. Mais un tweet va les soulager :

"J'ai lu les messages et ai remis l'animal dans l'océan.

Nous ne l'avions pas tué, donc il a nagé vers le large sans difficulté.

Je n'avais pas de réseau et ma batterie a fini par lâcher, désolé d'avoir mis tant de temps avant de donner signe de vie.

Désolé de vous avoir affolé"

Ses followers sont soulagés de savoir qu'il a pu lire les avertissements et qu'il est désormais hors de danger. Que ce serait-il passé s'il n'avait pas posté la photo en ligne ? Dans cette époque où nous remettons les valeurs des réseaux sociaux en question, cette histoire montre bien leur utilité. Ça a sauvé la vie de Narathiga, ce n'est pas rien quand même !

Commentaires

Également féroce