15 petits propriétaires qui ont dit 'NON !' aux géants de l'immobilier (et qui ont bien fait)

C'est le pire cauchemar de chaque propriétaire : après des années de planification et de travail acharné, il possède enfin leur propre maison, mais un grand projet de construction menace de tout remettre en question. L'idée que leurs quatre murs doivent céder la place à un aéroport, une voie rapide ou un centre commercial leur est souvent insupportable.

Il n'est donc pas étonnant que certains rechignent à écouter les investisseurs qui frappent à leur porte pour les convaincre de vendre. Même en Chine, où des communautés entières sont parfois expropriées et déplacées, la résistance augmente. Dans l'Empire du Milieu, certains propriétaires donnent des maux de tête aux constructeurs en refusant simplement de déménager ou de vendre. On appelle les maisons de ces résistants dont l'entêtement retarde, voire empêche, des projets de construction entiers les "maisons clous". Avec les photos suivantes, on imagine très bien les promoteurs immobiliers en train d'enrager :

1) Cette "maison clou" a entravé pendant 10 ans la construction d'une route à Nanning, en Chine. La maison devait être démolie, mais les propriétaires n'ont pas réussi à trouver un terrain d'entente avec les autorités locales pour leur indemnisation.

Imgur

2) Une maison à Wenling dans la province chinoise du Zhejiang. Le bâtiment faisait partie d'un lotissement qui devait être démoli pour la construction d'une autoroute.

pin

Les résidents refusant de déménager, la route a été construite autour de la maison. Depuis lors, le bâtiment est devenu un symbole de résistance aux autorités.

pin

3) En 2006, Edith Macefield, 84 ans, de Seattle aux États-Unis, a refusé de vendre sa maison bien qu'on lui ait offert plus d'un million de dollars (environ 920 000 €) pour sa maison.

pin

Les constructeurs ont dû se résoudre à bâtir le centre commercial autour de la petite maison. L'histoire de cette retraitée obstinée a servi d'inspiration pour le film d'animation Là-haut de Pixar.

pin

4) Salah Oudjani devant son café à Roubaix. Il a refusé de quitter le restaurant où il a travaillé pendant 46 ans de sa vie.

pin

5) Sur les 241 propriétaires d'un immeuble à Chongqing, en Chine, une seule résidente a refusé de quitter son appartement.

pin

La procédure d'expulsion s'est prolongée pendant plusieurs années et a finalement été décidée en faveur de la propriétaire Wu Ping en 2007. La Chinoise a reçu un million de yuans (environ 130 000 €) et un nouvel appartement à titre de compensation.

pin

6) Ce curieux bâtiment de Toronto, au Canada, était à l'origine une maison mitoyenne. L'une des famille a refusé de vendre, alors la maison a tout simplement été coupée en deux.

pin

7) Cette sortie d'autoroute improvisée à Guangzhou, en Chine, a dû être construite parce que trois familles ne voulaient pas déménager.

pin

8) Austin Springs de Washington a refusé 3 millions de dollars (2 765 400 millions €) pour sa maison.

pin

9) Ni Bob Guccione, fondateur du magazine érotique "Penthouse", ni le président américain Donald Trump n'ont réussi à convaincre la propriétaire Vera Coking de vendre sa maison.

pin

10) Cette maison mitoyenne de New York a échappé aux démolisseurs, probablement grâce à des propriétaires têtus.

pin

11) Cette maison à Portland est entourée d'une résidence étudiante. Vendre ce bijou de style victorien était hors de question pour le propriétaire Randal Acker.

12) Une maison victorienne à New York. Le bâtiment qui semble hors du temps est maintenant une église.

pin

13) Ces rebelles en plein milieu d'un immeuble à Washington ne sont pas non impressionnés plus que ça par l'ambassade du Mexique.

pin

14) Pour rien au monde, ce propriétaire ne voulait vendre sa maison à Melbourne, en Australie. Aujourd'hui, il se dresse comme le majeur de l'architecture entre les appartements de luxe sans âme.

pin

15) Une "maison clou" à Rui'an, en Chine : le propriétaire Zhen Meiju, au premier plan, a vécu pendant un an dans ce bâtiment largement démoli, sans eau ni électricité.

pin

C'est comme David contre Goliath. Avec certaines des photos, vous ressentez presque de la satisfaction. On n'est pas obligé de dire "oui" à tout.

Source:

Bored Panda

Commentaires

Également féroce