Un maman dauphin tue son bébé pour lui épargner une vie en captivité

L'amour d'une mère pour son enfant fait partie des émotions les plus innées et intenses, surtout chez les mammifères, où l'éducation des progénitures est un élément central au sein des diverses espèces. Parmi les animaux les plus intelligents sur cette Terre se trouvent les dauphins. Ces animaux sont connus pour avoir des sentiments très puissants à l'égard des membres de leur famille, des instincts de protection envers les congénères blessés ou plus faibles et parfois même venir en aide aux humains. Les mères sont folles de leurs progénitures et donneraient leur vie pour les protéger.

C'est pourquoi le comportement de Lulu le dauphin dans l'aquarium public du port de Nagoya au Japon a énormément dérangé et surpris : elle a tué son bébé peu après sa naissance.

 

A photo posted by 港太郎 名古屋 (@mksbk) on

Pourtant, ce qui semble au premier abord être totalement inexplicable et cruel est finalement tout à fait compréhensible si on s'intéresse de plus près aux conditions de vie de Lulu. Lulu fait partie de ces innombrables dauphins ayant été capturés dans la baie de Taiji, où une chasse annuelle des cétacés a lieu. Alors que la majorité de ses congénères ont été tués lors de cette chasse, Lulu est épargnée, mais capturée et enfermée dans le fameux aquarium. Elle est désormais condamné à vivre le reste de sa vie confinée dans un minuscule bassin pour amuser les visiteurs.

Comme nous le savons, les dauphins sont extrêmement intelligents. Lulu n'oubliera donc jamais le massacre dont elle a été témoin et sait pertinemment faire la différence entre une vie en liberté et en captivité. Les dauphins nagent extrêmement vite : ils peuvent se déplacer à plus de 50 km/h, rester plus de quinze minutes immergés et en apnée et aller jusqu'à 300 m de profondeur. Toutes ces capacités ne peuvent être exploitées au sein d'un aquarium. Mais le pire dans tout ça est la perte de sa famille, un événement qui a sûrement marqué et attristé à jamais Lulu. Lorsque Lulu met son petit au monde, elle veut par dessus tout lui épargner une vie de misère en captivité. Comment peut-elle le protéger si elle-même est faite prisonnière ? Peu de temps après lui avoir donné naissance, elle tue son bébé. On espère que cet acte est un geste d'amour protégeant son enfant d'un destin misérable enfermé entre les murs stériles et ennuyeux d'un aquarium.

Suite à d'autres cas tels que celui de l'orque Tilikum, dont l'histoire a inspiré le documentaire américain "Blackfish," un mouvement à l'échelle mondiale contre la captivité des mammifères marins voit le jour. Ce mouvement s'appuie sur les études montrant que l'emprisonnement dans des bassins impactent de façon nocive à la fois physiquement et psychologiquement les animaux marins. Selon l'ONG PETA, à la vie sauvage, les dauphins vivent entre 40 et 50 ans tandis que 80 % d'eux meurent avant l'âge de 20 ans en captivité. Les statistiques sont encore plus sombres pour les orques, qui vivent normalement jusqu'à 90 ans dans la nature, mais qui atteignent rarement les 10 ans en captivité. Bien que le parc d'attraction aquatiques SeaWorld ait annoncé l'arrêt de son programme d'élevage d'orques, des centaines de mammifères marins sont toujours captifs aux États-Unis et en France Marineland en compte toujours quatre. L'ONG WDC (Whale and Dolphin Conservation Society, en français Société pour la conservation des baleines et des dauphins) a lancé une pétition pour empêcher les compagnies aériennes de transporter vers d'autres pays les mammifères marins capturés lors de la chasse de Taiji.

 

A photo posted by 港太郎 名古屋 (@mksbk) on

Ces animaux sont ensuite emprisonnés dans des conditions terribles juste pour divertir les humains et faire du profit : un acte complètement incompréhensible et d'une cruauté sans nom. Les mammifères sont retirés de leur espace de vie naturel pour apprendre des tours ridicules et qui sont punis lorsqu'ils n'y arrivent pas ou qu'ils refusent de les faire. Ils sont constamment poussés à bout, abusés et ennuyés, uniquement pour faire plaisir aux humains.

 

#イルカ #Dolphin #水族館 #Aquarium #南知多ビーチランド #Canon #EOS

A photo posted by 港太郎 名古屋 (@mksbk) on

Lulu ne voulait tout simplement pas que sa progéniture vive dans de telles conditions et n'ait jamais la chance de nager librement dans les eaux du monde.

Le directeur de l'aquarium a déclaré que si Lulu avait tué son enfant, c'est parce qu'elle ne savait sûrement pas comment s'en occuper. C’est peut-être le cas car Lulu a été capturée très jeune et elle n’a donc jamais eu le temps d’apprendre à être une mère au contact de ses congénères. Une nouvelle preuve qui démontre bien que les parcs marins ne font rien pour reproduire l’environnement naturel de leurs animaux alors qu’ils se targuent du contraire. 

À l’état sauvage, ce genre de choses ne se produit jamais, car donner la vie est inné et se fait instinctivement chez ces animaux. Il faut espérer que ce genre de cas permette de montrer et de faire comprendre aux personnes que la vie en captivité n'est pas adaptée aux mammifères marins et que les numéros pour divertir le public doivent prendre fin. Nous n'avons pas le droit de capturer ces animaux juste pour divertir les population, arrêtons de nous montrer égoïstes et barbares.

Commentaires

Également féroce