Une chienne court un marathon et se fait adopter par le gagnant

Leonard Dion est un Écossais et grand sportif qui court de marathon en marathon. Un jour, il décide de se lancer dans une aventure extraordinaire : participer à la Marche du Désert de Gobi, l’épreuve de 2016. C’est une course qui consiste à parcourir 250 km en six étapes, avec des conditions extrêmes : dans ce désert de Chine la température est de -40°C la nuit et peut monter à +40°C le jour !

Pour le grand jour, Leonard est sur la ligne de départ avec 100 autres participants. Mais c’est alors qu’il aperçoit un petit chien couleur sable, comme le desert, se mettre à coté de lui. La course commence, et le chien suit ! Et il court, toujours à côté de Leonard, pendant les 35 premiers kilomètres. A l’arrivée, Leonard se demande bien qui est ce chien qui a déboulé comme ça et ne le quitte plus.

Mais le lendemain, sur la deuxième ligne de départ, le chien qui s’avère être une petite chienne, est là de nouveau. Leonard se doute bien qu’elle va lâcher prise à un moment, tellement les conditions de cette course sont impossibles à tenir. Mais la mignonne ne lâche rien ! Leonard est tellement impressionné qu’il se prend d’amitié pour sa nouvelle compagne de course. Le soir, au camp, il la baptise Gobi en hommage au désert, sous l’oeil amusé des organisateurs qui adoptent très vite la petite chienne eux aussi. 

Gobi court les 40 autres kilomètres de la troisième étape, mais à cause de l’intensité de la chaleur, elle est écartée de la course les deux derniers jours. Mais elle est emmenée par les organisateurs et attend Leonard à chaque fin d’étape sur la ligne. Le dernier jour, elle termine les derniers mètres avec son nouvel ami et ils remportent tous les deux la médaille d’argent. 

Leonard est ravi de cette petite boule de poils près de lui, et Gobi et lui deviennent inséparables, soudés par cette épreuve traversée ensemble.

Leonard veut ramener Gobi avec lui, à Edimbourg en Écosse. Mais c’est un parcours du combattant : elle doit suivre une batterie de tests médicaux et doit être mise en quarantaine. Au moins quatre mois de procédures et près de 6000 euros à débourser ! 

Une collecte de dons est donc organisée, et les internautes, émus par l’histoire, ont couvert les frais. Gobi restera le temps des procédures à Urumqi, une grande ville chinoise, chez un ami marathonien de Leonard, et devrait pouvoir être transférée en Écosse pour Noël. “Ce serait un merveilleux cadeau de Noël !” confie Leonard, qui souffre déjà de l’absence de son petit protégé. 

Quelques semaines après cependant, alors qu’elle devait être placée en quarantaine, Gobi disparait. Tout le monde la recherche pendant des jours. Désespéré, Leonard s’envole de nouveau pour la Chine et lance une campagne de recherches. Des affiches sont placardées partout, tous les médias locaux en parlent et lancent l’alerte. 

Les habitants s’impliquent en masse. Mais la ville, avec ses trois millions de gens, est un labyrinthe! "De manière réaliste, je redoutais plus que tout de devoir m’envoler de nouveau pour l’Écosse sans l’avoir retrouvée". Dix fois, Leonard est appelé parce qu’on a vu un chien semblable, mais ce n’est pas sa Gobi. Les fausses joies s’accumulent, et Leonard n’en peut plus. Un jour, il se rend une énième fois dans un appartement où des gens ont recueilli un chien, mais il n’y croit pas. 

Pourtant, quand il entre dans la petite pièce de l’appartement, son visage s’illumine : "Gobi m'a repéré dès que je suis entré, et elle a foncé vers moi. Littéralement, elle à couru le long de ma jambe et m’a sauté dans les bras en gémissant de joie." La petite chienne pousse des aboiements et pleure en léchant le visage de son maître bien-aimé, toute à son bonheur de l'avoir enfin retrouvé !

"J'étais tout simplement soufflé de penser que nous l'avions enfin trouvée" dit-il. "Ce fut un miracle". 

Leonard a pu rentrer chez lui avec un grand sourire sur le visage, assuré maintenant qu’il aura Gobi avec lui pour les fêtes de fin d’année! 

Cette histoire rend compte une nouvelle fois de la fidélité de nos compagnons à quatre pattes, et de leur acharnement à ne pas nous quitter d’une semelle. On dit souvent que le chien est le meilleur ami de l’homme. Et ce n’est pas pour rien ! 

Commentaires

Également féroce