Victime d'une attaque à l'acide, une Indienne prend sa revanche sur la vie

Laxmi Agarwal vient de New Delhi en Inde et n’avait que 15 ans quand sa vie a pris un tournant tragique. Un homme de 32 ans, le frère d’un de ses copains d’école, voulait l’épouser, mais elle a refusé. Pour se venger, l’homme rejeté a lancé de l’acide sur son visage ! Aujourd’hui, à 26 ans, elle s’en souvient encore très bien : "C’était d’abord très froid. Et j’ai senti après une brûlure très intense. Le liquide a ensuite fondu ma peau." Ce n’est que parce qu’elle a mis instinctivement ses bras devant son visage qu’elle a pu sauver ses yeux.

Facebook/Sonamm Gill

L’adolescente passe dix semaines à l’hôpital, où les médecins doivent enlever toute la peau de son visage. Depuis, Laxmi doit subir un nombre incalculable d’opérations. Mais alors que ses cicatrices guérissent lentement, la souffrance causée par la réaction de son entourage est encore plus douloureuse : "Ma propre famille ne voulait plus me voir, même mes amis", se souvient-elle. "Je suis restée à la maison pendant huit ans et ne pouvait sortir de chez moi que si j’étais entièrement recouverte. Et l’auteur de ce crime n’a dû payer qu’un mois de caution pour être à nouveau libre. J’ai cherché un travail, mais personne ne voulait de moi. Ils disaient : 'Les gens auront peur en vous voyant.' "

Au fil du temps, Laxmi part à la rencontre d’autres victimes d’attaques d’acide. De tels actes sont fréquents en Inde, souvent sous la forme d’une revanche de la part de la gente masculine ou à cause de disputes sur la dote. Environ 1 000 cas sont enregistrés chaque année, mais le chiffre actuel est beaucoup plus impressionnant car bon nombre de victimes ne portent pas plainte par peur ou par honte. Laxmi a commencé à se battre pour ces victimes : elle combat en tant qu’activiste contre la vente libre d’acide et pour des peines plus lourdes à l’encontre des agresseurs.

La beauté de ceci : Laxmi est entendue. Aujourd’hui, elle est même le visage de la nouvelle collection de la marque indienne Viva N Diva. "Pendant un temps, j’ai vu la beauté d’une manière totalement différente, et nous voulons conserver cette pensée : laissons de côté chaque caractéristique qui fait de nous une victime et donnons-leur un stage, un travail, une estrade", explique la co-fondatrice de la manufacture Sari. "C’est un message pour la communauté. La vie d’une femme attaquée à l’acide ne doit pas être finie", s’enthousiasme Laxmi. "On peut toujours avoir le courage de sortir et de se créer un nouveau nom."

Twitter/Laxmi Saa

Twitter/Viva N Diva

Heureusement, Nahima Khan, l’homme qui a infligé toute cette souffrance à la jeune indienne, a vu sa sentence réévaluée et a été condamné à sept ans de prison. Et Laxmi trouve l’amour de sa vie en la personne de Alok Dixit, le fondateur de la campagne Stop Acid Attacks. Ensemble, ils ont une petite fille qu’ils ont appelée Pihu. "Simplement comme tout le monde peut aimer, j’ai trouvé l’amour en Laxmi", dit le jeune homme. "Oui, c’est une victime d’attaque acide, vous pouvez le voir. Mais ça ne joue pas dans notre relation. J’ai tout de suite apprécié son courage et le fait qu’elle brave le monde et ne se cache plus derrière quatre murs." Côte à côte, le couple se bat contre l’exclusion sociale des victimes.

Laxmi n’est pas seulement le visage d’une ligne vestimentaire, elle est également la voix de nombreuses personnes affectées. Elle est l’exemple même de la renaissance et montre à son bourreau qu’elle ne se laissera dorénavant plus intimider, même si sa beauté extérieure est attaquée. "Un beau visage n’est pas la chose la plus importante dans la vie, même si nous sommes éduqués pour le croire" raconte la jeune maman. "Regardez-moi, une victime de l’acide qui a combattu pour relever la tête et changer sa manière de penser. C’est le pire des châtiments que puisse imaginer n’importe lequel des agresseurs." Quelle femme extraordinaire!

Commentaires

Également féroce