Une Italienne tricote de jolis vêtements pour les bébés prématurés

L'Italienne Laura Nani est une passionnée de tricot. Un jour, elle confectionne des chaussettes pour le nouveau-né d'une amie qui s'avèrent être trop petites pour lui. Cette petite erreur va alors lui donner une idée de génie.

Laura décide de former un groupe qui viendrait en aide aux familles dans le besoin en confectionnant des habits et chaussettes pour les bébés prématurés devant rester au sein des unités néonatales de soins intensifs. Le groupe, composé d'amies de Laura passionnées par le tricot, se donne alors le nom de "Cuore di maglia” (tricot du coeur). Le groupe commence à prendre de plus en plus d'ampleur et Laura finit par travailler avec des femmes de toute l'Italie. Cuore de maglia compte aujourd'hui environ 1 000 tricoteuses de tout âge.

Le travail de ce groupe n'est pas facile. En effet, les bébés prématurés sont extrêmement fragiles et sensibles de fait, les matériaux utilisés pour fabriquer les habits doivent être neufs, ne pas contenir de traces d'acrylique et surtout pas de coutures afin d'éviter des réactions allergiques ou des égratignures. Beaucoup de femmes travaillant aux côtés de Laura sont elles-mêmes mères d'enfants prématurés. Certaines ont eu la chance de voir leur bébé grandir et d'autres ont connu la douleur et le désespoir causés par la perte de leur enfant.

Toutes ces femmes sont liées par le même souhait : apporter un peu de joie aux familles qui traversent une étape difficile.

"Cuore di maglia" a connu un succès extraordinaire en quelques années seulement. Le groupe est présent dans plus de 55 hôpitaux italiens et travaille en étroite collaboration avec des organisations engagées pour les bébés prématurés. De plus, ce groupe apporte de l'aide et du soutien lors de situations d'extrême urgence comme pour les catastrophes naturelles de la région des Abruzzes et de Ligurie. Chaque mois, ce réseau, composé de femmes extraordinaires, emballe et expédie des centaines de couvertures, de chapeaux et de chaussettes dans les unités néonatales de soins intensifs à travers tout le pays. 

Elles confectionnent de toutes petites chaussures "à peine plus grosses que la moitié d'un cookie", raconte Laura, pour des bébés qui ne pèsent parfois pas plus de 450 g à la naissance ! Cela fait chaud au coeur de savoir qu'il existe un groupe de femmes comme celui-ci dont le seul but est d'apporter de l'aide et de donner de l'espoir aux parents et aux nouveau-nés. On voit que ces petites créations sont faites avec amour.

Ces femmes gagnent à être connues et méritent tout notre soutien et appréciation. Ce sont des histoires comme celles-ci qui redonnent foi en l'humanité.

Commentaires

Également féroce