Poignardée 9 fois, elle crée un dispositif de sécurité pour les femmes

Katja Romanovskaya est une femme belle et sûre d'elle. Toute personne voyant les photos de cette femme de 41 ans penserait qu'elle mène une vie parfaite. Or, un jour, Katja décide de poster un terrible secret qu'elle porte en elle, depuis presque deux décennies, sur sa page Facebook.

Le 24 mai 2000, la vie de Katja change radicalement. À l'époque, elle vit à Maykop, une ville dans le sud de la Russie. Alors qu'elle marche pour se rendre chez elle, un homme l'approche. Il tente de lui parler, mais pas du tout réceptive, Kata l'ignore et continue sa route. Lorsqu'elle atteint son immeuble et ouvre la porte pour y entrer, elle entend des bruits de pas derrière elle. Elle se retourne et voit le jeune homme qu'elle a ignoré tout à l'heure venir vers elle en courant avec un couteau à la main !

La jeune femme vit ensuite les deux minutes les plus longues de toute sa vie. L'assaillant lui saute dessus et la poignarde à plusieurs reprises. Katja se débat et tente de fuir, mais son agresseur est impitoyable et ne la lâche pas ! Un voisin entend les cris de la jeune femme et sort de son appartement pour voir ce qu'il se passe.

Lorsque l'agresseur voit le témoin, il quitte les lieux en courant. Katja est transportée d'urgence à l'hôpital où l'étendue de ses blessures devient tout à fait clair : elle a neuf plaies profondes provoquées par une lame et son abdomen est ouvert en deux. C'est un miracle qu'elle soit encore en vie. Lorsque Katja se réveille après son opération, elle peine à bouger, elle a d'énormes cicatrices partout et tout son corps lui fait mal.

Malgré l'horreur de l'attaque qu'elle a subi, Katja avoue que le pire se produit ensuite.

Youtube/NIMB

En plus des blessures physiques, Katja doit vivre avec de profondes blessures psychologiques. Après son agression, elle vit constamment dans la peur et elle a une bonne raison : son agresseur n'a jamais été retrouvé. Elle enchaîne cauchemars, crises de panique et est terrifiée à l'idée de se rendre dans des lieux publics. Avec le temps, son corps se rétablit, mais dans sa tête, elle revit la scène de l'agression en boucle. Six mois après, Katja est encore traumatisée.

Ses proches sont là pour la soutenir, mais certains, sans le savoir, ne font qu'empirer son état. Katja ne supporte plus d'entendre des choses du genre : "Pauvre de toi. Toi qui étais si belle, maintenant avec toutes ces cicatrices... fais-toi-les enlever !" Mais Katja a une meilleure idée qui va surprendre tout le monde.

Katja prend vite conscience qu'elle ne peut pas échapper à ses cauchemars et qu'elle doit alors apprendre à vivre avec sa peur. Elle décide de ne pas laisser ses craintes gâcher sa vie. Elle déménage à Moscou et commence alors une nouvelle vie, une dont elle est très fière aujourd'hui. Elle passe énormément de temps avec des personnes qualifiées et expertes dans le domaine de la technologie, afin de mettre en place un appareil de sécurité qui aiderait les femmes se trouvant dans des situations dangereuses.

Après des années de recherches et de développement, Katja et les experts sortent leur appareil en 2016 : la bague "NIMB". Cette bague contient une certaine technologie permettant d'appeler à l'aide en pressant simplement un petit bouton sur l'anneau. Pour financer ce projet, Katja a fait un appel aux dons et les résultats ont été impressionnants.

L'équipe présente la bague "NIMB" dans cette vidéo (en anglais), expliquant son fonctionnement et son utilité :

Katja fait un résumé de son ressenti sur sa propre vie qu'elle a posté sur Facebook :

"Je suis la survivante d'un crime, pas une victime. Je n'ai aucune idée de la personne que je serais si je n'avais pas ces cicatrices. J'ai dû apprendre à écrire avec la main gauche et à sortir sans avoir peur. Je vois à quel point mes proches sont présents pour moi. Des étrangers ont donné leur sang pour que je puisse survivre. On m'a administrée des médicaments et certaines infirmières restaient toutes les nuits près de moi. Des centaines de personnes se sont occupées de moi, juste pour me sauver."

L'histoire de Katja a touché des millions de personnes dans le monde entier. Certains trouvent le moyen de la critiquer disant qu'elle "tire profit" de ses cicatrices tandis que d'autres ne voient juste que ce qu'il y a à remarquer : une femme extrêmement courageuse. Une chose est sûre, Katja est une survivante. Et si sa façon de "tirer profit" peut servir à empêcher que ce qu'elle a vécu n'arrive à d'autres femmes, alors c'est un profit bien mérité !

Commentaires

Également féroce