Elle devient la femme la plus tatouée au monde à cause d'une maladie

Julia Gnuse est une Américaine aujourd’hui âgée de 61 ans et résidant à Foothill Ranch, en Californie. Elle vit une existence des plus paisibles lorsque, à l’âge de 30 ans, son quotidien bascule du tout au tout. Elle est en effet diagnostiquée avec la porphyrie, une maladie recouvrant la peau de cloques lorsqu’elle est exposée aux rayons du soleil. Avec le temps, ces boursoufflures se transforment en cicatrices parfois aussi profondes que des brûlures au 3e degré.

Youtube/bigpoppaswag

Face à cette nouvelle effroyable, Julia ne se laisse pas abattre. Un de ses amis, chirurgien plastique de métier, lui parle d’une technique de tatouage imitant très fidèlement la texture de la peau. La jeune femme s’y essaie, mais les résultats sont très décevants, bien en dessous de ses attentes.

Suite à ce premier échec, une nouvelle idée germe dans l’esprit de Julia : et si, à la place, elle se faisait tatouer des illustrations aux couleurs vives ? Elle tente tout d’abord un premier tatouage sur la jambe, une pieuvre, afin de savoir si sa peau peut le tolérer. Ce premier tatouage ne sera que le début d’une longue série :  dessins animés, groupes de musique, acteurs… Les thèmes sont aussi nombreux qu’originaux. Le temps passe, et tandis que les cicatrices s’accumulent sur le corps de la jeune femme, les tatouages aussi.

 

A photo posted by Kiana Smith (@kianamaryssa) on

En 2011, Julia entre finalement dans le Guinness des records sous le titre de femme la plus tatouée au monde. C’est désormais 95% de la surface de sa peau qui est tatouée. Avec plus de 75 000 euros dépensés, elle arbore plus de 400 tatouages, dont des représentations des Sex Pistols, des personnages de Disney et même un auto-portrait.

Ce qui avait commencé comme une tragédie pour Julia a finalement connu des suites que peu auraient pu prédire. Elle a aujourd'hui acquis une certaine notoriété et a même eu l’occasion d’apparaitre dans le clip “Pink” du groupe de musique Aerosmith. Plus généralement, elle est connue sous le nom de “The Illustrated Lady”, ou encore “La Femme Illustrée” en français. Certains la considèrent même comme une réelle oeuvre d’art.

Le physique quelque peu particulier de cette accro de l’aiguille est désormais source d’attraction partout où elle se rend. Selon elle, “la plupart des gens adorent. Lorsqu’ils s’approchent de moi et voient cette oeuvre d’art, ils me disent à quel point ils la trouvent magnifique.”

Que les nombreux tatouages de Julia soient à notre goût ou non, nous ne pouvons qu’admirer sa détermination et son courage. Combien de personnes auraient pu rebondir après une telle épreuve et trouver la lumière même dans la plus sombre des épreuves ? Son sourire est vraiment communicatif. Nous, on lui dit bravo !

Commentaires

Également féroce