Une infirmière protège trois nouveau-nés de la catastrophe

Le soir du 4 août 2020, une grave explosion se produit à Beyrouth, la capitale du Liban. Lorsqu'un entrepôt du quartier portuaire de la ville prend feu, les conséquences sont terribles : ces bâtiments de stockage contenaient plus de 2 700 tonnes de nitrate d'ammonium salin, un produit très dangereux.

Le nitrate d'ammonium est utilisé pour fabriquer des engrais et des explosifs. S'il est chauffé à haute température, il libère des gaz explosifs. Cela pourrait être la raison de l'énorme explosion, car le produit était apparemment stocké dans des conditions très dangereuses depuis des années dans les entrepôts du port.

L'énorme onde de choc de la détonation a détruit une grande partie des quartiers de la ville près de la zone sinistrée et a également provoqué l'apparition d'un énorme champignon de fumée, visible de loin.

L'explosion dévastatrice a fait des ravages : même à des kilomètres du lieu de l'accident, les fenêtres et les portes ont été brisées, les arbres déracinés et les murs démolis.

La catastrophe a frappé la ville de Beyrouth de plein fouet : la Croix-Rouge libanaise compte plus de 135 morts et plus de 5000 blessés, et ce n'est pas fini. On estime à 300 000 le nombre de citoyens de Beyrouth qui ont perdu leur maison et leur appartement. Les gens sont toujours enterrés sous les décombres.

Lorsque la catastrophe s'est produite, une infirmière d'un hôpital du district d'Achrafia à Beyrouth a fait preuve d'un courage et d'une attention incroyables. Entourée de morts et de blessés, elle tenait trois nouveau-nés dans ses bras et communiquait par téléphone avec d'autres intervenants d'urgence.

Elle n'a jamais laissé les enfants seuls un seul instant, mais les a protégés et réconfortés au milieu de la catastrophe de la manière la plus prudente et la plus affectueuse qui soit.

Le photographe Bilal Marie Jawich, qui a réussi à capturer la scène qualifie l'infirmière anonyme d’héroïne.

En 16 ans de travail comme photographe de guerre, il n'a jamais vu une catastrophe comparable, a écrit Jawich sur sa page Facebook.

Cette infirmière et tous ses collègues font des choses surhumaines dans des situations inimaginables et méritent d'être appelés des héros.

Image de couverture : © Facebook/Bilal Marie Jawich

Source:

Unilad,

Image de couverture : © Facebook/Bilal Marie Jawich

Commentaires

Également féroce