Une jeune Anglaise veut devenir la British Barbie

Alors qu'elle pourrait profiter de la vie autant que les jeunes de son âge (20 ans), Hannah Gregory, de Skegby en Angleterre, voit les choses différemment. Son corps et sa "passion" rendent les choses bien plus compliquées qu'il n'y parait.

Avec un tour de taille de 55 cm, ses proportions ressemblent à celles d'une Barbie. Hannah a les cils extrêmement longs et porte des lentilles spéciales pour avoir le même regard que les poupées. Elle choisit ses robes avec attention afin d'avoir l'air d'être une poupée vivante.

Hannah n'a pas toujours eu cette apparence. À l'adolescence, comme la majorité des jeunes, elle ne se sentait pas bien dans sa peau. "J'étais très introvertie et très gênée par mon apparence physique. Je me sentais laide et difforme", explique-t-elle.

Son admiration pour les Barbies la pousse alors se vêtir comme elles et très vite, elle reprend confiance en elle. Dès qu'elle porte des habits "normaux", elle est prise d'angoisses. Or, entretenir un look tel que celui-ci n'est pas chose facile : elle passe plus de 3 heures par jour à se préparer. Souvent, les gens la fixent et se moquent d'elle dans la rue.

"Lorsque je sors de la maison, les gens rient et me lancent des remarques désobligeantes. [...] Mais je m'en fiche, je me sens heureuse et belle comme je suis", déclare Hannah.

Cependant, la jeune femme ne suscite pas uniquement des réactions négatives ou agressives dans la rue : "Où que j'aille, des inconnus me fixent. À Sheffield, des gens me demandent de prendre des selfies avec eux et me disent que je ressemble à une princesse. C'est très plaisant et gentil."

 

Ein Beitrag geteilt von Hannah Gregory (@lupokku) am

En ce qui concerne les garçons, son apparence est une arme à double-tranchant. Beaucoup d'hommes deviennent obsédés par son physique de poupée et tombent rapidement amoureux d'elle. Mais pour la jeune femme, tout ceci n'est que superficiel :

"Des garçons à qui je n'ai jamais parlé vont m'aborder pour me dire à quel point je leur plais et ils aimeraient être avec moi. Mais ils ne savent pas qui je suis vraiment, à l'intérieur, ils n'aiment que mon apparence. Les hommes me voient uniquement comme une poupée et me sexualise."

 

Ein Beitrag geteilt von Hannah Gregory (@lupokku) am

Il y a aussi certains hommes qui l'évitent parce qu'ils n'osent pas l'approcher ou parce qu'ils sont gênés de cette ressemblance à une poupée. Elle en a fait l'expérience à l'université :

"Le jour de la rentrée, personne ne m'a parlée et j'étais triste parce que je pensais que tout le monde me détestait. Par la suite, mes camarades m'ont avoué qu'ils n'avaient pas osé m'approcher à cause de ma ressemblance frappante avec une poupée."

 

Ein Beitrag geteilt von Hannah Gregory (@lupokku) am

Cela n'enlève en rien au plaisir qu'elle éprouve à s'habiller comme une Barbie et elle encourage tout le monde à être son véritable soi : "Si vous êtes heureux et que vous aimez un style, alors soyez libre d'être vous. Peu importe que les gens parlent dans votre dos, ils pensent ce qu'ils veulent, mais qui en a quelque chose à faire ?", dit Hannah.

 

Ein Beitrag geteilt von Hannah Gregory (@lupokku) am

Il semblerait que la jolie poupée ait trouvé chaussure à son pied depuis.

Personne n'a besoin d'arrêter ou de changer ce qu'elle est pour trouver le bonheur. Hannah en est la preuve vivante. On lui souhaite tout le bonheur du monde.

Commentaires

Également féroce