Ed Gein : l'américain qui a inspiré les pires films d'horreur

Avertissement : cet article contient des images pouvant heurter la sensibilité de certains lecteurs.

Âmes sensibles s'abstenir. L'histoire qui suit est si horrible qu'elle a inspiré de nombreux films d'horreur et d'épouvante tels que PsychoseMassacre à la tronçonneuse et Le silence des agneaux, chacun d'entre eux n'ayant utilisé que quelques détails sordides du cas dont nous allons parler. Néanmoins, cette terrible histoire ne s'est pas déroulée dans le Texas des années 70 ni dans un coin paumé aux abords d'une autoroute de la Californie, mais dans l'État du Wisconsin (États-Unis) dans les années 1950.

Flickr/Roger W

L'homme en question, plus tard surnommé le "boucher de Plainfield", s'appelle Ed Gein. Il est né en 1906 au sein d'une famille modeste aux côtés de son frère aîné Henry et vit dans une ferme. Ed et son frère ne sont autorisés à quitter la propriété que pour aller à l'école. Le père de famille est un alcoolique détesté de son épouse. La famille étant très croyante, un divorce est inconcevable et tous les membres restent unis jusqu'à la mort du père de famille en 1940.

Depuis leur plus tendre enfance, la mère de Ed et Henry leur répète que le sexe est un péché et que toutes les femmes sont des prostituées. Après la mort de leur père, les deux garçons font des petits jobs par-ci par-là afin de subvenir aux besoin de la famille. Henry, qui n'approuve pas l'attitude obsessionnelle de Ed vis-à-vis de leur mère, prend pour habitude de la critiquer en présence de son petit frère et des tensions commencent alors à apparaitre entre eux. En mai 1944, un feu de forêt engloutit une partie de la ferme et Henry est retrouvé mort. Une autopsie du corps révèlera une plaie à la tête, mais le coroner du comté déclare que la cause de la mort est l'asphyxie. Bien que Ed n'ait jamais été interrogé en tant que témoin, certains voisins, qui ont remarqué le comportement étrange de Ed, se demandent si ce dernier n'a pas joué un rôle dans la mort de son frère.

Désormais seul aux côtés de sa mère, Ed s'occupe d'elle avec tout son amour jusqu'à ce qu'elle meure un an plus tard. Ed était extrêmement proche de sa mère, trop proche, et sa mort l'a beaucoup affecté. Il commence alors à s'effacer et à se couper du monde, ses voisins l'évitent à cause de son comportement étrange. Personne ne se doute de ce qu'il se passe chez lui, jusqu'au 16 novembre 1957. La date du kidnapping de Bernice Worden, une propriétaire de magasin originaire de Plainfield, une bourgade située à neuf kilomètres de chez Ed. Son fils se souvient que la veille de l'enlèvement de sa mère, Ed Gein s'est rendu dans ce magasin pour commander de l'antigel. Le mot "antigel" était griffonné sur le dernier reçu de ce jour-là, donnant à croire qu'aucun autre client n'était venu au magasin après la visite de Ed. Forts de cette information, les officiers de police se rendent à la ferme de Ed. Mais ce qu'ils trouvent là-bas dépasse tout ce qu'ils avaient pu imaginer.

Ed est introuvable à la ferme. Lorsque les policiers font le tour de la maison, une odeur nauséabonde s'échappe d'une porte ouverte. Les policiers s'engouffrent alors à l'intérieur et tombent sur une scène qu'ils auraient préféré ne jamais voir. Des os et restes humains ainsi que des ongles sont éparpillés partout dans la maison. Et l'horreur ne s'arrête pas là, les autres pièces de la ferme renferment des scènes encore plus terrifiantes.

Dans le salon, ils trouvent des chaises fabriquées avec de la peau humaine. Sur la table, des crânes servant de bols.

Sur le lit, ils voient une sorte de pantalon ainsi qu'une "paire de gants" en peau humaine.

Pire encore, les policiers tombent sur une collection de neuf vulves dans une boîte à chaussure. À côté de ça, ils mettent la main sur une ceinture en mamelons de femmes.

Ils découvrent le visage (servant de masque à Ed) de la serveuse, Mary Hogan, portée disparue depuis trois ans. À côté, une boîte contenant son crâne est posée.

Ils finissent par trouver ce qu'ils cherchaient : Bernice Worden ou plutôt seulement sa tête dans un sac en toile. Plus tard, ils tomberont sur le corps sans tête et éviscéré de la gérante pendu à la manière des morceaux de viande dans les abattoirs.

En tout, la ferme renferme des parties du corps d'au moins quinze femmes. Les enquêteurs ont également découvert une porte à côté du four derrière laquelle des restes humains avaient été cachés.

Lorsque Ed rentre chez lui, il est directement placé en garde à vue. Il avoue les meurtres de Mary Hogan et Bernice Worden et déclare que les autres restes humains proviennent du cimetière. Les enquêteurs disposent d'assez de preuves pour inculper Ed de deux meurtres, mais pas plus.

Ed Gein est diagnostiqué schizophrène par un psychologue et finit par être interné dans un hôpital psychiatrique pour les fous criminels où il restera jusqu'à la fin de sa vie en 1984 (77 ans). L'enquête n'a jamais pu établir si le boucher de Plainfield mangeait lui-même ses victimes ou les donnait, comme il le prétend, à ses animaux.

L'histoire de Ed Gein a inspiré de nombreux films d'horreur ou romans et fait désormais partie de l'histoire sombre des États-Unis. Le film Psychose est d'autant plus fascinant lorsque l'on en connait la source d'inspiration. On parie que vous allez laisser les lumières allumées ce soir ?

Commentaires

Également féroce