Une jeune fille de 23 ans se suicide après avoir été violée

Les victimes de violences sexuelles doivent lutter contre les conséquences physiques et psychologiques de ces expériences traumatisantes tout au long de leur vie. Souvent, elles ne reçoivent même pas justice et les auteurs sont la plupart du temps libérés plus rapidement que les victimes ne le souhaiteraient. Parfois, ils s'en sortent même sans encombre, comme dans le cas de Catherine Daisy Coleman, 23 ans, dite “Daisy“.

 
 
 
 
 
View this post on Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by IAMCAT Daisy Coleman (@youngcattattoos) on

À l'âge de 14 ans, Daisy est à une fête et contrainte à boire de l'alcool par un ami de son frère aîné Charlie. Elle y sera ensuite violée. Après le crime, l'auteur reconduit la jeune fille inconsciente chez elle et la laisse à moitié nue devant la maison de ses parents, dans le jardin. Des amis présents à la soirée l'aident à se débarrasser d'elle par cette température glaciale. La mère de Daisy, Melinda Coleman, trouve sa fille agonisante sur sa pelouse le lendemain matin. Cette nuit et les événements qui ont suivi vont détruire à jamais la vie de la jeune fille et celle de sa famille.

À l'hôpital, les médecins peuvent clairement prouver que Daisy a subi des abus sexuels. Mais l'auteur, âgé de 17 ans, est un joueur de football du lycée local et appartient également à une famille respectée et établie de longue date dans la petite ville de Maryville (dans l'État du Missouri). Bien que Daisy se rende au poste de police de l'hôpital, le procureur local lui refuse d’aller jusqu’au procès. Mais ce n’est pas tout : les camarades de classe de Daisy l'accusent de mentir et prennent même le parti de l'auteur. 

Avec sa mère Melinda, Daisy commence à se battre pour avoir justice. Mais les habitants de la petite ville transforment la vie de la famille Coleman en un véritable enfer. Daisy est harcelée sur Internet par ses camarades de classe et sa mère Melinda est même renvoyée de son travail. Les frères de Daisy doivent également faire face aux hostilités de leurs camarades de classe au quotidien. L’intimidation va très loin : la maison de la famille Coleman est incendiée en leur absence et brûle du sol au plafond. Il n’en restera rien.

Après la perte de leur maison, la famille Coleman est définitivement convaincue que la petite ville de Maryville ne leur offre plus aucune sécurité. Ils décident donc de laisser cet endroit et ses habitants derrière eux et de tout recommencer ailleurs. Au début, Daisy semble très heureuse de ce changement. Elle réapprend à rire et découvre l'art du tatouage. Mais le viol et la chasse aux sorcières qui s'en est suivie ont laissé des traces profondes dans l’esprit de la jeune fille.

 
 
 
 
 
View this post on Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by SafeBAE (@safe_bae) on

Daisy fonde une organisation pour les victimes de violences sexuelles afin d'échanger les expériences de chacun.es, mais aussi pour attirer l'attention sur le fait que des destins comme le sien ne sont malheureusement pas rares. Sous le nom de “Safe BAE“, elle partage son histoire sur Instagram, Twitter et Facebook pour montrer aux jeunes filles à quel point elles peuvent facilement devenir victimes d'agressions sexuelles lorsqu’elles sont confrontées à la drogue et à l'alcool, et met en garde contre les conséquences à vie d’un tel acte sur le mental des victimes. Souvent, elles ne s'en remettent jamais et dans leur désespoir, cherchent une issue qui se termine malheureusement trop souvent par un suicide. À ce stade, Daisy a déjà plusieurs tentatives derrière elle.

Dans le film documentaire Audrie & Daisy, produit par Netflix en 2016, Daisy raconte, parmi d'autres jeunes femmes victimes d'agressions sexuelles, le calvaire qu'elle a subi. Mais l'attention médiatique que Daisy reçoit après la sortie du documentaire attire également les actes d'intimidation sur Internet. La jeune femme voulait pourtant utiliser son témoignage pour avertir d'autres filles et femmes. Elle devient régulièrement la cible de détracteurs sur Instagram, Facebook et autres réseaux sociaux. Ceux-ci prétendent que Daisy n'a jamais été violée et qu'elle n'utilise cette histoire que pour gagner en notoriété. Une accusation qui touche profondément la jeune femme, qui n'a rendu public son récit douloureux que pour aider et peut-être sauver d'autres filles de cette souffrance. En 2018, lorsque son frère cadet Tristan meurt dans un accident de voiture à l'âge de 19 ans, Daisy et sa famille sont une fois de plus confrontés à un nouveau drame. Le monde s’écroule à nouveau et le destin semble s’acharner sur la famille Coleman. 

 
 
 
 
 
View this post on Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

A post shared by IAMCAT Daisy Coleman (@youngcattattoos) on

Le 4 août 2020, Daisy met fin à ses jours à l'âge de 23 ans. Peu après, sa mère, Melinda Coleman, poste quelques mots sur sa page Facebook :

“Ma fille Catherine Daisy Coleman s'est suicidée ce soir (...) Elle ne s'est jamais remise de ce que ces garçons lui ont fait, ce n'est tout simplement pas juste.“

Même après la mort de Daisy, Melinda continue de lutter contre les allégations calomnieuses et les préjugés à l'encontre de sa fille, que des étrangers dénoncent souvent anonymement dans les médias sociaux avec des commentaires haineux, sans se soucier de l’impact de leurs paroles.

Toute personne souffrant de dépression ou ayant des pensées suicidaires peut contacter anonymement et gratuitement le numéro suivant :

0 800 05 95 95

(du lundi au vendredi, de 10h à 19h)

Site Internet : https://cfcv.asso.fr/

D’autres informations sur : https://violences-sexuelles.info/

Les histoires de violences sexuelles sont malheureusement monnaie courante dans notre monde… :

Image de couverture : © Instagram/youngcattattoos

Source:

people,

netflix/Audrie & Daisy,

Image de couverture : © Instagram/youngcattattoos

Commentaires

Également féroce