Une anorexique sensibilise les jeunes sur les dangers de sa maladie

L'histoire de Valeria Levitin, 39 ans, est à la fois choquante et extrêmement bouleversante. Originaire de Russie, elle vit actuellement à Monaco et à cause de sa maladie, l'anorexie, elle mène une vie loin d'être normale. Valeria mesure 1m70 et pèse 22 kg (le poids normal pour une femme de cette taille doit se situer entre 57 et 74 kg).

Les troubles de l'alimentation sont apparus très tôt chez Valeria. Enfant, sa mère contrôlait rigoureusement ses repas et l'empêchait de trop manger pour ne pas qu'elle grossisse comme tous ses proches. À l'âge de 16 ans, Valeria commence alors à suivre un régime.

Sa famille vient de déménager à Chicago et la jeune Valeria craint de ne pas se faire d'amis. Elle décide de perdre du poids pensant qu'elle aura plus de chances de se faire apprécier si elle est toute fine.

 

Tout d'abord, Valeria commence par supprimer les féculents et le sucre de son alimentation, mais apparemment, ça ne suffit pas à le jeune fille. Un jour, alors que Valeria regarde un match de football avec des amis, l'un d'entre eux dit une phrase qui va la marquer profondément et qui aura de graves conséquences pour le reste de sa vie : "Je sais ce qu'il faut faire pour qu'on gagne. On doit mettre le gros cul de Valeria dans les cages." Une mauvaise blague qui va bouleverser Valeria et lui faire prendre un tournant radical. Le regard qu'elle porte sur elle-même est à jamais changé.

L'ironie de l'histoire est qu'à l'époque, Valeria pèse un poids tout à fait normal pour une jeune fille de son âge et de sa taille. Elle porte du 40 et est peut-être à peine un peu plus "costaud" que les autres filles de son lycée, mais elle est en parfaite santé et loin d'être en surpoids.

À ses 23 ans, Valeria fait du 34 et veut se lancer dans le mannequinat. Mais bien qu'elle soit très fine, on lui dit encore qu'elle est trop "grosse" pour faire partie de ce monde.

À cette époque, Valeria est consciente qu'elle développe un trouble alimentaire, mais elle a beau tout faire pour essayer de s'en sortir, elle ne parvient pas à arrêter son comportement destructeur. Elle sait qu'elle a besoin d'aide et consulte pas moins de 30 spécialistes pour l'aider à combattre la maladie. Ses efforts sont vains, l'anorexie a complètement pris le dessus sur Valeria et cette dernière n'arrive pas à reprendre du poids.

Son corps est si faible qu'elle est obligée de prendre des médicaments pour apaiser les bleus et contusions qui apparaissent sur sa peau pour le moindre petit coup. Le stress est permanent pour Valeria qui a peur de s'écrouler à chaque instant : dans son état, une chute peut entrainer plusieurs fractures.

Mais la douleur physique n'est pas la seule à tourmenter Valeria, son anorexie mentale affecte également son état émotionnel. Elle est esseulée, ne vit pas de relations amoureuses et est incapable de faire de nombreuses choses que des femmes de son âge font. L'ironie de l'histoire est que Valeria a commencé à faire des régimes pour que les autres la trouvent attirante et aujourd'hui, elle se sent plus repoussante que jamais.

Pire encore, Valeria commence à recevoir des lettres de "fans" depuis que des nouvelles de son état de santé ont été relayées sur les réseaux sociaux. Elle est sous le choc lorsqu'elle lit les lettres lui demandant son "secret" pour être aussi mince, mais elle refuse de répondre à ces jeunes et les aider à se tuer à petit feu. C'est l'élément déclencheur qui pousse Valeria à s'exprimer et à lancer une campagne de sensibilisation pour alerter les personnes des dangers de l'anorexie.

Valeria n'abandonne toutefois pas l'envie de guérir. Elle est déterminée à reprendre le contrôle de sa vie et réaliser son rêve qui lui tient à coeur : avoir un enfant. Elle est persuadée que ce rêve lui fournira la motivation nécessaire pour combattre la maladie et retrouver une vie saine.

Malheureusement, le sort semble s'acharner sur Valeria : sa maladie, ayant duré des années, a changé son corps, cela signifie que même si elle voulait remanger normalement, elle ne pourrait pas le faire. Des années de malnutrition ont poussé son corps à développer des intolérances à de nombreux aliments qu'elle ne peut plus digérer correctement.

L'histoire de Valeria est l'exemple parfait des dangers que représente la recherche du "corps parfait". Dans un monde bombardé d'images de corps de mannequins au bord de l'anorexie et de célébrités photoshopées, il est tout à fait compréhensible que la vision des jeunes sur eux-même puissent être biaisée et qu'ils finissent par perdre le contrôle. Il est important de se rappeler à quel point cela peut être dangereux. Suivre un régime alimentaire sain et maintenir un poids normal sont de bonnes habitudes à suivre, mais il ne faut pas pousser les restrictions à l'extrême et toujours consulter un spécialiste pour éviter de perdre le contrôle. Dans le cas de Valeria, il ne reste plus qu'à espérer qu'il n'est pas déjà trop tard pour elle.

Source:

dailymail

Commentaires

Également féroce