Un Vietnamien transforme son cimetière en orphelinat. Un vrai héros !

Le Vietnamien Tong Phuoc Phuc a sauvé la vie de plus d’une centaine d’enfants ces quinze dernières années. Tout a commencé en 2001 lorsque sa femme est tombée enceinte. Il l’a accompagnée à l’hôpital et là-bas il a remarqué que de nombreuses femmes enceintes entraient dans une chambre et en ressortaient sans enfant. 

Il a fallu un petit moment avant qu’il ne comprenne ce qui se passait réellement : ces mères se faisaient avorter. L’idée que ces bébés n’aient pas la chance de naître a brisé le coeur de Tong. Alors il a demandé s’il pouvait emmener les corps des bébés pour qu’ils puissent au moins avoir une sépulture et une cérémonie d’enterrement digne de ce nom. 

Grâce à ses économies, cet ancien ouvrier a pu s’acheter un terrain sur le flan d’une montagne appelée Hon Thom dans la ville de Nha Trang. Tong a commencé à enterrer les bébés qui ne sont jamais venus au monde dans ce lieu idyllique. Au début, sa femme pensait qu’il était devenu fou, mais cela n’a pas empêché Tong de continuer la mission qu’il s’est donnée. Au fil des ans, il a inhumé plus de 10 000 bébés qu’il aurait préféré pouvoir sauver. Il ne considère pas seulement son cimetière comme un lieu de recueil mais plutôt comme un jardin qui aurait pour mission de toucher le coeur des femmes qui envisagent d’avorter. 

Puis les mères qui n’avaient pas les moyens de subvenir aux besoins de leurs enfants ont demandé de l’aide à Tong. Le Vietnamien a alors troqué sa casquette de fossoyeur pour devenir un vrai héros : il adopte les bébés que les mères ne peuvent pas garder. Lorsque ces femmes auront une vie plus stable et sécurisée, elles pourront retrouver leurs enfants. Son idée de cimetière s’est alors transformée et il a créé un véritable orphelinat chez lui pour donner un foyer à des centaines d’enfants.

Il est impossible de garder en tête les noms des centaines d’enfants, alors Tong a trouvé une solution pour lui faciliter la tâche : tous les garçons s’appelle Vinh (honneur) et toutes les filles s’appellent Tam (coeur). Leur second et troisième prénom sont le nom de leur mère et le nom de famille de Tong. Avec son coeur en or, Tong considère ces bambins comme des enfants adoptés. Pour lui, ils sont une famille unie et il les aime autant que ses propres enfants. 

Éduquer et s’occuper de tant d’enfants est à l’évidence une tâche titanesque pour Tong qui adore son rôle de père. “Je continuerai ce travail jusqu’à mon dernier souffle”, raconte-t-il. “J’espère que mes propres enfants continueront d’aider les gens lorsque je serai parti.” On peut clairement voir l’amour et la reconnaissance dans les yeux et les sourires de chacun de ces enfants. 

Tong nous montre ce qui peut arriver si on laisse une chance à la vie. Même si nous n’avons pas tous la force ou les moyens de le faire, nous pouvons tous apprendre de ce que fait cette famille. 

Commentaires

Également féroce