Une anorexique de 30 kg combat sa maladie en devenant bodybuildeuse

Sophie Gajnik vient tout juste de finir le lycée. Tout semble sourire à cette jeune Australienne de 19 ans d’origine française, qui commence à suivre des cours de psychologie à l’université de Melbourne en 2011. Mais comme beaucoup de jeunes femmes de son âge, Sophie se pose certaines interrogations. “Je voulais devenir psychologue ou assistante sociale, mais j’ai vite réalisé que cela ne pourrait pas marcher car j’étais une personne trop émotive. Après un an, j’ai arrêté d’aller en cours. J’avais l’impression d’être un échec.” En parallèle, elle se rend compte de quelque chose qui va transformer sa vie du tout au tout…

La jeune femme a pris 6 kilos. Cela peut paraitre anecdotique, surtout lorsque l’on sait qu’à l’origine, elle pèse 56 kilos, un poids tout à fait adapté à sa morphologie. Mais la vision qu’a Sophie de cette prise de poids est bien différente. Elle revoit immédiatement sa manière de s’alimenter et commence par rejeter toute sorte de malbouffe. Elle court également régulièrement et, très rapidement, elle réussit à remplir son objectif premier : perdre ses 6 kilos "de trop".

Malheureusement, cela n’est qu’un début pour la jeune femme. Au lieu de garder ce mode de vie sain - une alimentation équilibrée et une activité sportive régulière - Sophie s’impose des restrictions de plus en plus nombreuses. Elle a même un nouvel objectif : peser 45 kilos. Pour cela, elle exclut toutes les huiles de son alimentation, mais également toute viande qu’elle juge trop grasse. Elle commence à voir la nourriture comme une contrepartie à une activité sportive préalable, et non plus comme une nécessité pour se maintenir en bonne santé.

Le témoignage de Sophie est tout simplement poignant : "Je courais 3 kilomètres, mais faisais aussi de la corde à sauter, des pompes et des sauts jusqu’à m’évanouir ou à vomir. Toute cette routine me prenait deux à trois heures. Puis la voix dans ma tête me disait : ‘Ne prends pas de petit-déjeuner ! Tu vas gâcher ton entrainement !’ Je mangeais environ 20 grammes d’épinards, 15 grammes de champignons, 20 grammes de concombre et un petit pois, je ne dépassais jamais plus de 100 calories par repas."

L’obsession est telle que Sophie comptabilise même les 2 calories que contiennent son thé, et refuse de garder sa nourriture dans le frigo familial par peur que la nourriture de sa mère "ne s’échappe des tupperwares" et ne se mélange à la sienne. 

La vie sociale de la jeune femme est réduite au minimum. Tout son temps libre, elle le passe enfermée dans sa chambre à lire des sites donnant des astuces pour perdre du poids. Pourtant, des kilos à perdre, Sophie n’en a pas, bien au contraire. La simple mention de son poids nous fait même froid dans le dos : 30 kilos. La jeune femme est désormais trop faible pour faire du sport. Elle a des déficiences en fer, une tension artérielle au plus bas, des dommages au foie et n'a plus ses règles. "Je n’avais pas de muscles et ne pouvais presque jamais me lever à temps pour aller aux toilettes. En général, je me faisais juste pipi dessus et ma mère ou mon petit-ami de l’époque devaient me nettoyer après."

Mais un jour, Sophie se passe la main dans les cheveux et se rend compte qu'ils commencent à tomber. Et là, c’est la prise de conscience. Elle ne peut plus continuer ainsi ! Être dans l'incapacité de faire le moindre mouvement, abandonner toute activité, passer ses journées à ne rien faire, voir son état de santé se dégrader de jour en jour... Trop, c'est trop. Elle comprend qu’elle doit se faire aider et, progressivement, ré-adopte une alimentation équilibrée. Fin 2014, elle pèse à nouveau 50 kilos ! Mais la jeune femme ne s’arrête pas là. Aujourd'hui âgée de 24 ans, elle s’adonne à nouveau aux joies du sport. Non plus pour perdre du poids, mais pour en prendre ! Sophie est en effet devenue adepte de bodybuilding. Avec ses quelques 66 kilos et ses muscles saillants, la jeune femme est méconnaissable et arrive à soulever jusqu'à 105 kilos ! Elle a trouvé sa voie et vient même d’être promue au poste de manager dans la salle de sport dans laquelle elle travaille.

Depuis cette prise de conscience, sa transformation est flagrante.

 

A photo posted by Sophie Gajnik (@gajnik) on

Après s’être enfoncée dans un tourbillon obsessionnel dont elle ne voyait pas la fin, Sophie a finalement réussi à sortir la tête de l’eau. Le combat qu’elle a mené contre son trouble alimentaire est tout bonnement incroyable et sa persévérance est un vrai exemple à suivre. La voir croquer la vie à pleines dents nous met vraiment du baume au coeur !

Source:

Dailymail

Commentaires

Également féroce