Un petit garçon survit miraculeusement à une maladie de peau mortelle

AVERTISSEMENT : cet article contient des images du syndrome de Stevens-Johnson pouvant heurter la sensibilité de certains lecteurs.

Lorsque Mandy Smith vient récupérer son fils, Zachary, de l'école, elle s'aperçoit immédiatement que quelque chose ne va pas. Zachary ne va pas bien. Il dit qu'il a des démangeaisons au niveau des pieds et des yeux. Ni une ni deux, elle prend de la crème apaisante et l'applique sur les pieds de son fils.

Le lendemain, le corps de Zachary est recouvert de marques rouges. Sa température commence à monter et il finit par avoir de fortes fièvres. Complètement dépassée, Mandy ne trouve rien de mieux que d'emmener son fils aux urgences.

Les médecins ne sont pas sûrs de comprendre quel est le mal qui ronge Zachary. Ils pensent d'abord à une infection virale, mais les médicaments ne font pas effet et son état ne fait qu'empirer d'heure en heure. Ses yeux sont injectés de sang et sa bouche est en train de se fendre en deux.

Une infirmière s'occupant de lui suspecte alors quelque chose de terrible qui finit par se confirmer : Zachary souffre du syndrome de Stevens-Johnson, une maladie rare et mortelle qui s'attaque en premier à la peau et aux muqueuses. Au début, les symptômes s'associent à ceux de la grippe, mais peuvent vite devenir mortels.

Le syndrome de Stevens-Johnson est en règle générale une réaction allergique à certains médicaments. Mandy est persuadée que ce sont les pilules qu'elle lui a données quelques jours auparavant pour soulager ses migraines qui ont déclenché le syndrome.

La peau de Zachary a alors commencé à se couvrir d'ampoules et à peler. 90 % de sa peau est touchée par la maladie et ses poumons sont infectés. Les médecins décident de le plonger dans un coma artificiel afin de retirer les couches de peaux mortes. Ils l'enroulent dans un substitut de peau artificielle pour que son corps commence à reformer de la peau. Personne ne sait si Zachary va survivre.

Heureusement, Zachary est un petit battant. Un mois plus tard, le petit garçon sort du coma et son corps commence à rapidement reprendre du poil de la bête. Contre toute attente, son corps est à nouveau en parfaite santé, mais en plus, il ne porte aucun stigmate de cet épisode traumatisant. Sa famille est folle de joie.

Parfois, les individus les plus petits et les plus fragiles surprennent tout le monde par la force dont ils font preuve. C'est à la fois beau et rassurant de voir que certains cas qui paraissent pourtant désespérés finissent pour le mieux !

Source:

Lifebuzz, Facebook

Commentaires

Également féroce