Une mère abandonne un bébé trisomique pour le retrouver ensuite

En janvier 2015, Ruzan Badalyan, originaire d'Arménie, donne naissance à son fils Leo qu'elle attendait avec impatience. Mais lorsque les médecins examinent le bébé, ils annoncent à la maman que ce dernier est atteint de trisomie 21 (syndrome de Down).

La Trisomie est encore assez mal acceptée en Arménie où de nombreux enfants sont abandonnés dans des orphelinats. Ruzan, victime de ces normes sociales, refuse de regarder et ne serait-ce que de toucher son propre fils.

Samuel Forrest, le père de Leo et le mari de Ruzan, est alors confronté à un choix impossible : abandonner sa femme ou son fils. Pour Samuel, il suffit d'un regard sur son fils et l'opportunité de le prendre dans les bras pour savoir immédiatement qu'il veut rester près de lui. Leo est parfait et magnifique aux yeux de son père. Samuel décide de quitter sa femme et d'emmener son fils avec lui dans son pays d'origine, la Nouvelle-Zélande.

Avec l'aide d'une campagne de dons en ligne sur GoFundMe, Samuel lance l'initiative appelée  "Ramener Leo à la maison" qui suscite l'intérêt des médias et des célébrités. Samuel parvient à récolter plus de 500 000$ (environ 450 000€) pour le petit Leo et leur vie ensemble en Nouvelle-Zélande. De son côté, Ruzan essuie les critiques pour son comportement (l'abandon de son enfant et la demande de divorce une semaine après la naissance). Dans un dernier effort pour justifier son comportement, elle écrit une publication Facebook dans laquelle elle affirme que "Sam ne lui a jamais fait la proposition de se joindre à lui et leur fils dans son pays."

Sa version de l'histoire semble en effet bien différente. Elle clame aimer son fils, mais reste consciente des épreuves que sa maladie auraient sur son quotidien en Arménie. À ce moment-là, Ruzan se sent complètement abandonnée par son mari et sombre alors dans une profonde dépression. Elle sait que son salaire ne pourra suffire à subvenir aux besoins de Leo et pense que son enfant vivra mieux en Nouvelle-Zélande. C'est le coeur gros qu'elle accepte que son enfant parte dans un autre pays et de se séparer par la même occasion de son mari.

Lorsque Leo fête son premier mois, le couple se réconcilie. Ruzan regrette amèrement sa décision qui a été, pour sûr, la plus dure de toute sa vie. Qui plus est, elle a dû la prendre dans des circonstances très compliquées et alors qu'elle était en état de choc. Elle annule le divorce et décide de déménager en Nouvelle-Zélande pour rejoindre son mari et son fils.

À ce moment-là, son déménagement est perçu comme une calomnie par l'ensemble du monde. Mais Samuel a pardonné sa femme. Aujourd'hui, Ruzan est une autre personne qui ne peut imaginer sa vie sans Leo : "Je l'aime à la folie. Il y a un an, je ne pouvais pas imaginer ma vie avec lui, aujourd'hui c'est tout le contraire. Il m'a changée, je suis une tout autre personne désormais", raconte la maman dans une interview.

Ruzan habite désormais en Nouvelle-Zélande depuis juin 2015 où elle s'occupe de son fils. Leo est son monde et compte plus que tout pour elle. "Ça a été le plus beau jour de ma vie", raconte-t-elle. "Il était si petit, si mignon. Je l'ai serré dans mes bras. Il a émis quelques sons, c'était trop mignon. J'étais la plus heureuse."

Leo fait d'énormes progrès grâce au programme qu'il suit. Il se développe bien autant mentalement que physiquement. C'est un petit garçon plein de vie qui fait la fierté de ses parents. Et pour que d'autres parents aient la chance de vivre le même bonheur qu'eux, Ruzan et Samuel luttent pour faire disparaître les préjudices contre les personnes atteintes de la trisomie 21 en Arménie.

pint1

Leo est incroyablement chou. Comment ne pas être fier d'une telle merveille ?

pint1

Quelle histoire. Un vrai tourbillon d'émotions. C'est beau de voir que cette famille a su surmonter les obstacles que la vie a mis sur son chemin. Ici l'adage se quitter pour mieux se retrouver prend tout son sens... Nous souhaitons tout le bonheur du monde à cette famille.

Commentaires

Également féroce