Un homme vit pendant 15 ans avec une tumeur de 60 kg dans le ventre

"Vous êtes tout simplement en surpoids !" 

Cette phrase, Roger Logan l'a entendue des centaines de fois, chez tous les médecins qu'il est allé voir. Étant donné qu'il a arrêté le sport, la graisse de son ventre a commencé à descendre et ressemble désormais à un énorme sac pendant entre ses jambes et touchant presque le sol.

Roger compare la sensation de porter un tel poids au quotidien à des sacs de ciment.

L'homme de 57 ans passe quatre années dans un énorme fauteuil. Sa carrure est tellement impressionnante qu'il lui est impossible de marcher. Il ne peut plus s'occuper de son magasin d'antiquités à Gulfport dans le Mississippi ni mener une vie normale.

Tous les médecins qu'il a consultés lui ont dit que son seul problème était son obésité. Roger doit se contenter de ce diagnostic, car son abdomen est trop imposant pour lui permettre de faire un IRM ou autres examens traditionnels.

De plus, toujours à cause de sa masse, aucun chirurgien ne veut le prendre en charge parce que les risques sont trop élevés. Ne trouvant d'aide nulle part, Roger tombe alors dans une grave dépression. Il ne s'alimente plus et ne boit plus, si bien qu'il est hospitalisé d'urgence pour déshydratation et insuffisance rénale.

C'est sa femme, la seule qui ne l'a jamais laissé tomber, qui finit par trouver un médecin en Californie ayant déjà traité un cas similaire. Il accepte d'opérer Roger.

Le couple part en Californie pour la procédure. Pour ce faire, ils louent une camionnette parce que le fauteuil de Roger ne passe pas dans leur véhicule. Il leur faut près de 40 heures pour arriver sur place.

C'est au cours de l'opération que la véritable cause du problème de Roger émerge. Il n'est pas simplement obèse comme le prétendaient tous les médecins qu'il a consultés.

Il se trouve que Roger a une tumeur de plus de 60 kg dans le ventre ! Tout commence il y a 15 ans avec un... poil incarné ! Le furoncle s'infecte et se transforme en tumeur qui ne cesse alors d'augmenter en absorbant le sang.

Alors que le chirurgien annonce que la procédure s'est déroulée sans encombre, Roger a choisi d'exprimer son contentement avec des mots bien à lui : "Toujours là, bande d'enfoirés !"

Après l'opération, Roger doit rester sur place pour deux semaines de rééducation. Il doit suivre une thérapie qui met ses nerfs à rude épreuve et suivre un régime alimentaire et quelques exercices stricts. Dans une autre publication Facebook, Roger décrit ses deux semaines de calvaire : "La dernière fois que j'ai eu aussi mal et me suis autant senti fatigué, c'est quand je me suis fait renverser par un bus scolaire."

On ne peut que féliciter la persévérance de Roger (et sa femme, Kitty) pour se faire entendre et enfin trouver l'aide dont il avait besoin. Cette histoire est l'exemple parfait qu'en matière de santé, deux avis valent mieux qu'un !

Commentaires

Également féroce