Une vétéran se fait insulter et prend sa revanche sur Facebook

Les emplacements des parkings réservés aux personnes handicapées, familles ou autres sont trop souvent occupées par des personnes n'appartenant à aucune de ces catégories tout simplement parce qu'elles ont la flemme de marcher quelques mètres de plus pour se rendre dans un magasin. Le parking de Harris Teeter à Concord en Caroline du Nord, dispose de places réservés aux anciens combattants. Un jour, Rebecca Landis Hayes décide de s'arrêter rapidement sur l'une d'entre elles pour aller faire quelques courses au supermarché.

Lorsqu'elle revient à sa voiture, elle est surprise de trouver ce mot sur son pare-brise :

"Cet emplacement est réservé aux anciens combattants Madame, apprenez à lire et ayez un peu de respect"

En lisant ça, Rebecca prend une grosse gifle. Se sentant blessée et insultée, elle rentre directement chez elle, prend une photo du mot et le publie sur Facebook avec un commentaire cinglant :

"À la personne ayant laissé ce mot sur mon pare-brise aujourd’hui sur le parking du Coodle Creek Harris à Concord, NC :

Je sais que je me suis garée sur un emplacement réservé aux anciens combattants aujourd’hui, il faisait très chaud. J’ai passé ma journée à faire des va-et-vient en voiture et je n’y suis restée que quelques minutes. De plus, il n’y avait plus de places de libres dans le parking, donc je me suis garée où je pouvais. C’est la première fois que je fais ça et je ne le ferai plus. Je vous présente mes excuses…

Je suis désolée que mes huit années de service au sein de la marine ne vous sautent pas aux yeux. Je suis désolée que votre vision misogyne du monde vous empêche de concevoir qu’il puisse exister des anciennes combattantes. Je suis désolée de devoir me justifier auprès de personnes comme vous. Mais surtout, je suis désolée que nous n’ayons pas pu nous expliquer face à face et que vous n’ayez pas eu l’intégrité ni le cran de vous présenter pour souligner vos qualités militaires.

Ce qui me pousse à vous poser une question, j’ai servi dans l’armée, et vous ?"

Rebecca se sent beaucoup mieux après avoir déversé sa haine, mais l'histoire ne s'arrête pas là. Huit jours après avoir posté ce message, la personne ayant laissé ce mot lui fait parvenir une lettre d'excuses:

"À la dame à qui j’ai laissé un mot sur la voiture :

J’ai vu votre publication sur Facebook par le biais d’un ami qui l’a partagée. Je voulais vous présenter mes excuses. Je ne sais que cela n’excuse pas mon geste, mais j’ai déjà vu tellement de jeunes se garer sur des emplacements réservés aux anciens combattants ou aux personnes handicapées que j’en ai perdu mon calme. Ma colère et mon indignation face à ce phénomène sont malheureusement retombées sur vous. Je sais que j’ai fait une erreur et je suis contente d’être tombée sur votre publication. Ça m’a tout de suite fait culpabiliser, je croyais avoir agi pour quelqu’un, mais je me suis trompée. Vous ne méritiez pas ça et j’espère que vous accepterez mes excuses. J’apprécie vos services rendus à notre pays et je respecte tous les militaires, hommes ou femmes. Vous avez été victime d’une erreur de jugement et pour ça, je vous prie encore de m’excuser. Merci pour tout ce que vous avez fait.

Que Dieu vous bénisse"

C'est un Mea culpa digne de ce nom pour une erreur commise dans la volonté de faire le bien. Au moins, cette femme apprendra qu'il faut réfléchir à deux fois et se poser les bonnes questions avant de faire ce qu'elle juge être bon.

Le fait que cette inconnue ait vu la publication de Rebecca est une coïncidence énorme et est un bel exemple du pouvoir et des bienfaits des réseaux sociaux. Si Rebecca n'avait jamais fait part de ses pensées, cette inconnue n'aurait jamais appris de leçon. Cette publication a permis aux deux femmes de se réconcilier. Rebecca a pardonné l'affront de l'inconnue, mais ne regrette pas avoir exprimé son ressenti notamment sur les anciennes combattantes recevant moins de respect que leurs homologues masculins.

Source:

RoseyNews

Commentaires

Également féroce