Une maman souffre la martyre après une faute professionnelle

Avertissement, les images contenues dans cet article sont choquantes et peuvent heurter la sensibilité des internautes.

La trentenaire Quanna Brown de Chicago ne voulait qu'une seule chose : se sentir belle à nouveau. Depuis la naissance de son enfant, Quanna lutte pour perdre le poids qu'elle a pris pendant sa grossesse et qui la fait se sentir mal dans sa peau. La jeune mère veut à tout prix faire quelque chose, donc elle prend rendez-vous avec un chirurgien pour une liposuccion. 

Elle est toute excitée et attend patiemment la date de l'opération. En juin 2015, vient enfin le jour qu'elle attend tant, mais si elle avait su l'horreur qu'elle allait vivre, elle ne se serait jamais rendue à l'hôpital...

Au début, Quanna est plutôt contente du chirurgien qu'elle a choisi et veut lui faire confiance. Après tout, son dossier est sans tache et il a de très bons avis. Pourtant, l'opération ne se déroule pas comme prévu et quelque chose d'horrible se passe. Quelque chose que le médecin n'a pas remarqué ou prétend ne pas avoir remarqué. Après l'opération, Quanna rentre chez elle et ne remarque rien jusqu'au moment où, quatre jours plus tard, elle commence à ressentir des douleurs atroces au niveau de l'abdomen.

Facebook/Caters News Agency

Quanna se souvient très bien des douleurs intenses ressenties : "J'avais l'impression que mes bandages étaient trop serrés, je ne pouvais pas marcher. Je ne me suis jamais faite opérer auparavant, donc j'ai pensé que c'était normal." Mais Quanna finit par ne plus supporter la douleur et utilise le peu de forces qu'il lui reste pour aller voir le chirurgien.

Son ventre est un véritable chantier ! Mais le chirurgien lui dit simplement qu'il n'a jamais vu ça avant et lui prescrit des antibiotiques pour lutter contre l'infection. Après quelques jours, la jeune femme souffre toujours autant malgré les médicaments, donc elle décide de retourner voir le chirurgien.

Cette fois-ci, elle est examinée par l'un de ses collègues qui nettoie sa plaie et lui refait le pansement avant de la renvoyer chez elle. Le lendemain, l'état de Quanna est tel qu'elle doit se rendre aux urgences.

Youtube/Embodied State of Mind

Quanna passe 50 jours à l'hôpital.  Son ventre est si infecté que ses jours sont en danger. Il faut cinq opérations pour retirer l'ensemble des tissus infectés. À l'hôpital, les médecins sont outrés par la négligence dont le chirurgien a fait preuve. Si Quanna ne s'était pas rendue aux urgences au moment où elle l'a fait, elle aurait sûrement succombé à ses blessures.

Facebook/Caters News Agency

Quanna reçoit plusieurs greffes de peau et souffre constamment. Son ventre est en charpie et ne sera plus jamais le même. La chirurgie qui était censée lui redonner confiance en elle n'a fait qu'empirer les choses.

La jeune maman est angoissée : en plus d'être en souffrance, elle se sent humiliée par son manque de mobilité et le fait que ses enfants la voient si vulnérable.

Quanna ne peut même plus jouer avec ses enfants, elle a l'impression que sa vie lui a été volée. Et en même temps, ce sont ses enfants qui lui donnent la force de se battre. Elle entame une thérapie et est bien décidée à reprendre sa vie en main.

Regardez Quanna raconter sa vie dans cet interview (en anglais) :

Le cauchemar a duré un an et demi, mais aujourd'hui, Quanna a retrouvé le sourire : "Mes enfants me donnent envie de continuer. Je ne peux toujours pas regarder mon ventre, mais les câlins et bisous de ma fille me réconfortent." Non seulement Quanna reprend sa vie en main, mais elle commence à en écrire un nouveau chapitre avec l'arrivée prochaine de son troisième enfant, le petit Alexander, en mai. Quanna est folle de joie. Elle n'a peut-être pas le ventre de ses rêves, mais elle arrive à accepter celui qu'elle a et se concentre sur l'essentiel : être une bonne mère. Nous lui souhaitons tout le meilleur pour les années à venir !

Commentaires

Également féroce