Une femme agressée pousse un coup de gueule sur Facebook

Priscilla Boh est âgée de 37 ans et vit à Toulouse. Mardi soir dernier, alors qu’elle revient seule d’un concert dans le quartier St Michel, elle décide de s’arrêter dans une épicerie de nuit. En ressortant, elle tombe nez à nez avec trois hommes qui l’interpellent de manière agressive.  

En les ignorant tout d’abord, Priscilla passe devant eux au moment où l’un deux lance une attaque verbale directe à propos de son physique. Priscilla décide finalement de ne pas se laisser faire et répond à l’homme sous le coup de la colère. “Répète-moi ça ?” lui demande-t-elle. 

Le ton monte rapidement, et les hommes se jettent sur elle. Ils la frappent violemment au visage, la laissant avec les lèvres tuméfiées et le poignet cassé. Priscilla se retrouve à l'hôpital où elle est prise en charge en urgence. 

Pour se remettre d'aplomb, elle doit subir une opération pour qu’on lui insère une plaque de fer, et reste deux jours à l’hôpital. En prévision : trois mois de convalescence et de rééducation. 

Loading Facebook Post...

Cher payé, pour avoir fait valoir sa fierté de femme !

Mais cette mésaventure n’est pas la première, et là, Priscilla en a marre. 

Sur son profil Facebook, elle raconte son histoire dans un post plein de fureur, et lance un énorme coup de gueule contre la violence sexiste dont elle est victime depuis trop longtemps: 

Avant, après : crises de nerfs et de larmes à m'en vider le corps. Deux jours que je chiale ma race. Que je chiale de cette énième agression, humiliation, parce que je suis tout simplement une FEMME."

Loading Facebook Post...

"Alors voilà, j'ai bientôt 37 ans. Ça va faire maintenant presque 25 ans que je subis ces saloperies en tous genres : agressions verbales, humiliations multiples, harcèlement sexuel, moral, de rue ou au travail, violences physiques, viol. Et j'en passe...

Je suis à bout. La colère, la rage, je l'ai, je vis avec chaque jour. Mais je monte d'un cran à chaque nouvelle épreuve de ce style. Mon sang bout de plus en plus. J'en ressors une nouvelle fois traumatisée, vidée. Je reste debout mais je maudis ce système patriarcal. Je le vomis de toute mon âme.

Son post est devenu viral sur le web. En quelques jours, il est partagé plus de 20 000 fois et près de 70 000 personnes ont réagi en une semaine. 

La démarche de Priscilla est vraiment louable, et il est temps que les choses changent pour toutes ces femmes qui craignent pour leur vie à cause de ce qu’elles sont. En faisant entendre sa voix, Priscilla en a soulevé des milliers d’autres. Reste à espérer qu'elle se remette de ses blessures rapidement. Et qu'un jour, elle n'ait plus peur d'être simplement une femme ! 

Au dernière nouvelles, Priscilla aurait porté plainte mais les agresseurs n'ont pas encore pu être identifiés ni retrouvés. Mais ils devront répondre de leurs actes un jour ou l'autre ! 

Commentaires

Également féroce