Un Espagnol devient un héros suite à son combat contre le cancer

Pablo Ráez de Marbella, en Espagne, avait un rêve : profiter pleinement de la vie et être heureux. Mais le 26 mars 2015, alors qu'il est seulement âgé de 18 ans, il apprend qu'il est atteint d'une leucémie. La vie du jeune athlète prend alors un virage à 180° et c'est tout un pays qui va l'accompagner dans cette nouvelle vie...

Une fois diagnostiqué, le cauchemar commence pour le jeune homme : il subit plusieurs séances de chimiothérapie ainsi qu'une transplantation de moelle osseuse. L'hôpital devient presque sa nouvelle maison, une réalité difficile à accepter pour un garçon dont les seules préoccupations étaient de réussir son bac.

Puis, une lueur d'espoir est apparue au bout du tunnel : la transplantation de moelle osseuse a fonctionné et il est en pleine rémission. Peut-être pourra-t-il enfin reprendre le cours de sa vie et recommencer à rêver d'un bel avenir aux côtés de sa douce, Andrea.

 

Ein Beitrag geteilt von Pablo Ráez. (@srraez) am

Dix mois plus tard, c'est la désillusion : la leucémie revient en force. Le jeune homme doit alors reprendre ses séances de torture. La moelle osseuse donnée par son père n'a pas suffi à lui redonner la santé.

Cette fois-ci, les choses semblent se corser et la recherche d'un donneur de moelle osseuse se révèle plus compliquée que la première fois. Le temps passe et personne ne se présente. Loin de jeter l'éponge, Pablo décide de reprendre le contrôle de sa vie : il commence à poster ses pensées sur les réseaux sociaux et lance le #retounmillón (onemillionchallenge), qui a pour but d'atteindre le million de donneurs de moelle osseuse en Espagne. Se faisant, Pablo souhaite non seulement atteindre ce nombre symbolique, mais veut également sensibiliser les gens sur l'importance des dons d'organes. "Ce serait triste que je meure parce que je ne trouve pas de donneur alors que tout le monde peut donner cette chance, à moi, mais aussi aux autres personnes qui en ont besoin."

Jour après jour, Pablo lutte contre la maladie de toutes ses forces et garde le sourire. Il partage ses pensées à propos de la vie et la mort sur la toile. Ses efforts et son implication ont permis d'augmenter les dons de moelle osseuse de 1 000  % en Espagne. Tous les yeux sont rivés sur le "gladiateur", comme il se fait appeler. Ses abonnées, plus de 500 000 sur Instagram, l'encouragent et l'accompagnent dans chacune des étapes.

Puis, en octobre 2016, Pablo reçoit une bonne nouvelle : on vient de trouver un donneur compatible. Il retrouve espoir et la peur qui le ronge depuis la rechute commence alors à se dissiper. "On me demande souvent où je trouve la force, cette volonté de vivre, comment je peux garder le sourire avec tout ce qu'il m'arrive. Je n'ai pas peur de la mort, je suis libre c'est de là que je puise toutes mes forces. C'est à partir du moment où vous arrêtez d'avoir peur que vous êtes libre", écrit-il dans l'une de ses publications Facebook.

Mais malgré la lutte acharnée de Pablo contre la maladie, le sort en a décidé autrement pour lui. Lorsque la seconde transplantation échoue à son tour, Pablo comprend qu'il va bientôt mourir. Mais sa force et son courage ne le quittent pas pour autant, il ne baisse pas la garde et continue à se battre jusqu'au bout. Samedi dernier, le 25 février 2017, Pablo a lâché son dernier souffle à l'âge de 20 ans.

Dans cette publication Instagram, vous pouvez lire l'une de ses dernières pensées avant de mourir...

 

He tenido una reflexión que me gustaría compartir con vosotros. Vivimos en un sistema de vida en el que trabajamos y ganamos dinero por tiempo, es decir vivimos por y para el tiempo. Vivimos esclavos de este sistema que se basa en la pura burocracia. El planeta se está degenerando poco a poco, lo estamos destruyendo, derretimos los polos, producimos sin control,provocamos guerras, asesinamos personas y un largo etcétera que hacen que este mundo alcance su fin y todo esto lo estamos produciendo por dinero. No somos felices con lo que tenemos, siempre queremos más. La vida se debe basar en lo básico que se necesita y vivir en un sistema que realmente mire por cada persona y por cuidar este impresionante planeta lleno de belleza. Tenemos que ser más felices y ver realmente lo que estamos haciendo por y para el mundo,tenemos que empezar a darnos cuenta de la importancia que tienen realmente las cosas y valorar las verdaderamente importante. Demos más amor, primero a uno mismo y después a el mundo. Hasta que no te quieres a ti mismo no puedes querer a los demás. Demos más sonrisas, demos más abrazos, demos más paz , demos la mejor versión de nosotros mismos. Demos gracias a la vida por darnos el gran lujo de poder despertarnos cada mañana , seamos más agradecidos. ❤

Ein Beitrag geteilt von Pablo Ráez. (@srraez) am

"Je pensais à quelque chose que j'aimerais partager avec vous. Nous vivons dans une société où nous travaillons et gagnons de l'argent avec le temps, ce qui veut dire que nous vivons pour et avec le temps. Nous vivons comme des esclaves au sein d'un système régi par la bureaucratie. La planète s'éteint à petit feu à cause de nous : nous faisons fondre les pôles, nous produisons en masse, nous provoquons des guerres, nous tuons des gens et bien plus encore et tout ça au nom de l'argent. Ce que nous avons déjà ne nous suffit pas, il nous en faut toujours plus. La vie devrait être vécue simplement au sein d'un système soucieux du bien-être de tous et de la survie de cette belle planète. Nous devons nous satisfaire plus de ce que nous avons et voir ce que nous faisons pour et à notre monde. Il est nécessaire que nous prenions conscience de ce qui est réellement important et apprenions à lui accorder de la valeur. Nous devons aimer plus, d'abord nous-mêmes puis le monde. Il faut d'abord apprendre à s'aimer soi-même avant de pouvoir aimer les autres. Sourions plus et prenons nous plus souvent dans les bras, faisons la paix ; soyons ce que nous pouvons être de mieux. Remercions la vie de nous offrir le luxe de nous réveiller chaque matin, soyons plus reconnaissants de la chance que nous avons." 

Les proches du jeune homme ne sont pas les seuls à le pleurer. De nombreuses célébrités espagnoles, ainsi que les médias, lui ont également rendu hommage. Le 28 février, Pablo aurait dû recevoir une médaille de la ville de Marbella pour l'exemple qu'il donne et la source d'inspiration qu'il est. Une médaille qu'il ne recevra jamais, mais qui a désormais plus de signification que jamais.

Dans sa dernière publication Instagram, Pablo écrit : "La mort fait partie de la vie, donc on ne doit pas en avoir peur, mais plutôt l'aimer." Andrea, la fiancée de Pablo (il lui avait demandé sa main quelques mois plus tôt), a retrouvé cette photo de tous les deux qu'ils avaient posté sur le réseau social il y a quelques mois de ça. Elle est toujours restée auprès de lui, dans les bons comme les pires moments. 

"Je t'aime Andrea et j'aime aussi profiter de la vie et la croquer à pleines dents. Peu importe ce qu'il m'arrive, je prendrais ça comme un cadeau de la vie. Merci à la vie et à toi Andrea."

Pablo a peut-être quitté ce monde, mais pendant ces deux années, il s'est battu de toutes ses forces contre la maladie et a laissé son empreinte non seulement dans le coeur de ses proches, mais également dans celui de tout un pays. Il est un exemple de courage, de gentillesse, de force face à l'adversité et il restera une véritable source d'inspiration. Il ne se battait pas seulement pour lui il, mais pour tout le monde. Toutes nos pensées vont vers cette famille endeuillée. Repose en paix, Pablo.

Commentaires

Également féroce