Une chasseuse se tue à cause du cyber-harcèlement massif

Melania Capitan, une Espagnole de 27 ans, a une passion très controversée : la chasse. La jeune femme a tué un nombre incalculable d'animaux pendant des années. Elle poste même des clichés d'elle en ligne avec ses "trophées" et décrit son expérience de chasseuse en détails sur son blog.

Melania possède plus de 10 000 fans sur les réseaux sociaux, pourtant elle n'est pas adorée par tous, bien au contraire. Les défenseurs et amoureux des animaux ainsi que les militants pour l'environnement attaquent régulièrement la jeune femme en ligne à coup de menaces et insultes. Ils ne se gênent d'ailleurs pas pour lui dire qu'ils aimeraient la voir morte...

En 2016, après avoir reçu plus de 3 000 messages de haine et que des lettres de menaces ont été laissées sur sa voiture, Melania décide d'aller voir la police. Malheureusement, ils ne peuvent pas faire grand chose, car il est impossible d'identifier les auteurs.

Récemment, la jeune femme a été retrouvée morte à son domicile. Les éléments indiquent qu'elle se serait suicidée. Melania a laissé une lettre d'adieu à ses proches avant d'en finir.

Les proches de Melania sont choqués et clament que ce sont toutes ces années de harcèlement qui ont eu raison de la vie de la jeune femme. D'un autre côté, de nombreuses personnes, en ligne, se sont réjouis de la mort de Melania comme le montrent certains commentaires tels que "Voilà une bonne chose pour l'humanité. Bye Bye", "Brûle en enfer, sale psychopathe !" ou "karma".

Le président de la Fédération royale espagnole de chasse annonce avoir lancé des poursuites judiciaires contre les auteurs des menaces de mort et du harcèlement de Melania.

Tout le monde a le droit de critiquer quelque chose pour défendre ses propres idéaux et c'est ce qui s'est passé pour Melania et sa passion pour la chasse.

Mais lorsqu'une personne se sent tellement désespérée qu'elle met fin à ses jours, alors personne n'a le droit de se montrer irrespectueux ne serait-ce que pour les proches de la victime.

Commentaires

Également féroce