Une femme meurt d'une petite coupure faite en jardinant

Lucinda Smith est une femme comblée. À 43 ans, elle vit à Billericay, en Angleterre, avec ses deux enfants de 6 et 9 ans, George et Megan. Si Lucinda tente de passer le plus de temps possible avec ses enfants, elle s’adonne aussi à quelques-unes de ses passions. L’une d’elles est le jardinage : Lucinda adore flâner dans son jardin, s’occuper de ses fleurs et sentir l’odeur si particulière de la terre. En bref, elle est une véritable amoureuse de la nature.

Un jour, pourtant, Lucinda est incapable de faire quoi que ce soit. Sujette à d'atroces douleurs à l’épaule et à des vomissements incessants, elle se rend immédiatement chez un médecin généraliste. Celui-ci conclut à un nerf coincé et lui prescrit un antidouleur en conséquence, mais lui conseille également une consultation chez un physiothérapeute. Lorsqu’elle s’y rend, toujours tordue de douleur, on lui dit de “revenir dans une ou deux semaines” car il est impossible de la traiter si elle est en état de détresse.

Mais Lucinda sent que quelque chose ne va pas. Ses doigts et son bras sont désormais rouges et gonflés. Trois jours après l'apparition des premières douleurs, leur intensité est telle qu’elle ne voit qu’une solution : se rendre aux urgences. Elle se précipite alors à l’hôpital Basildon, et lorsque le médecin qui l'ausculte constate ses symptômes, il lui prescrit immédiatement une prise de sang. Lucinda est nerveuse mais n’a heureusement que très peu de temps à patienter. En moins d’une heure, le diagnostic tombe.

Youtube/ODN

Elle est atteinte de septicémie, une infection grave se propageant dans l'organisme par voie sanguine à partir d'un foyer infectieux initial. Elle est souvent causée par l’infection d’une blessure. Lucinda ne comprend tout d’abord pas… comment a-t-elle pu l'attraper ? Mais très rapidement, elle réalise la cause de son état et pousse un cri d’effroi.

Le jardinage. La réponse lui paraît désormais tellement évidente : lors sa dernière séance de jardinage, il y a de cela trois jours, elle s’est légèrement égratignée la main. C'est peu de temps après que la douleur à son épaule est apparue. Elle se demande comment elle n'a pas pu y penser avant ! Mais si Lucinda prend conscience que son état de peine intense est dû à une simple éraflure, ce n’est pas tout. Les mauvais diagnostics de son médecin généraliste et de son physiothérapeute, qui n’ont pas pris certaines mesures élémentaires, ont retardé le début du traitement. 

Flickr

Les médecins de l’hôpital, bien plus réactifs, placent immédiatement Lucinda sous antibiotiques intraveineux. Après une première nuit passée à l’hôpital, l’aggravation de son état est telle qu’elle est placée en soins intensifs, où sa dose de médicament est augmentée. Mais Lucinda se sent toujours aussi mal. Sa respiration se détériore très rapidement, obligeant les docteurs à la placer sous respirateur. Pour George et Megan, ses deux enfants, voir leur maman dans cet état est incroyablement douloureux. Elle qui était en parfaite santé seulement quelques jours auparavant… 

Malheureusement, cinq jours après le début de cette brutale descente aux enfers, les organes de Lucinda commencent à défaillir les uns après les autres. Les médecins, impuissants, ne peuvent plus rien faire pour Lucinda qui finit pas rendre son dernier souffle. Dévastés et choqués, George et Megan regardent leur mère, sur son lit de mort, sans pouvoir pleinement réaliser ce qu'il se passe. Sur sa main, il y a toujours cette petite coupure qu'elle s'est faite cinq jours auparavant, pendant qu'elle jardinait.

Youtube/ODN

La septicémie, qui a causé cette terrible tragédie, est un véritable fléau qui reste inconnu du grand public. Pourtant, dans le monde, une personne meurt toutes les 4 secondes des suites des complications d’une septicémie. En France, on estime que les septicémies sévères sont à l’origine de la mort de 70 000 personnes chaque année.

La famille de Lucinda, qui n'en avait également jamais entendu parler, est désemparée par sa disparition. Cette femme épanouie, cette mère dévouée, vient de s'éteindre sans que personne ne s'y prépare. Une mort qui aurait pu être facilement évitée si, dès sa première consultation chez le médecin généraliste, ce dernier avait établi un bon diagnostic. La soeur et la mère de Lucinda, qui souffrent terriblement, espèrent pouvoir sensibiliser non seulement le grand public, mais également les médecins à ce terrible fléau qu’est la septicémie. Vous pouvez écouter leur témoignage dans cette vidéo (en anglais) :

Si Lucinda n'est plus parmi nous, ses proches ont voulu honorer sa mémoire en inaugurant le "jardin de Lucy". Un geste touchant qui l'aurait probablement beaucoup émue. 

Youtube/ODN

D’une simple heure passée à jardiner, la vie de cette mère s’est transformée en un réel cauchemar pour elle et sa famille. La septicémie, que certains considèrent comme étant plus dangereuse que le SIDA et le cancer combinés, doit impérativement être connue du plus grand nombre pour éviter de terribles tragédies comme celle de Lucinda. 

Commentaires

Également féroce