La légalisation controversée de la vente de cornes de rhinocéros

À la nuit tombée, des hommes pénètrent dans le parc. Rapidement, ils repèrent leur proie : un bébé rhinocéros qui somnole innocemment, sans savoir l’atrocité dont il va être victime. Les hommes lui tirent dessus et la pauvre bête s'affaisse brutalement sur le sol.

Il est mort, et les braconniers vont pouvoir lui voler sa corne en toute impunité. Une corne en kératine qui sera revendue une petite fortune, environ 56 000 euros pour 1 kg. Encore plus que de l’or.

Cette scène d’une violence sans nom, ce meurtre inhumain, n’est malheureusement pas rare. Loin de là. Les braconniers abattent toujours plus de rhinocéros afin de leur dérober leur "trésor", leur kératine dont raffolent particulièrement certains pays asiatiques en raison de ses prétendues vertus médicinales. 

Quelques semaines seulement après le meurtre barbare de deux rhinocéros dans un orphelinat en Afrique du Sud, l’État a finalement décidé d’agir, d’une manière extrêmement controversée : en légalisant la commercialisation des cornes de rhinocéros en Afrique du Sud.

John Hume, propriétaire du parc à rhinocéros le plus grand au monde, avec plus de 1 000 protégés, accueille la nouvelle avec le sourire aux lèvres. Pour lui, le seul moyen pour sauver cette espèce protégée est de couper les cornes des rhinocéros puis de les revendre en toute légalité et surtout en toute sécurité, coupant l’herbe sous le pied aux braconniers.

Selon les soigneurs du parc de John Hume, la corne serait aux rhinocéros ce que les ongles sont à l’Homme. La couper serait donc totalement indolore pour l’animal et lui permettrait de vivre librement, sans la peur d'être chassé puis tué par des braconniers sans vergogne, dans la mesure où il ne posséderait plus le Saint Graal dont ces derniers cherchent à s'emparer.

Toutefois, tout le monde n’est pas de cet avis. Pour certains, la légalisation de la vente de cornes de rhinocéros permettra surtout à des criminels de les exporter hors d’Afrique du Sud en toute légalité. Cela n'empêcherait en rien les braconniers de chasser les pauvres animaux dans leur habitat naturel. En bref, cela ne réglerait en aucun cas le problème du braconnage. 

Aujourd’hui, il reste moins de 30 000 rhinocéros sur Terre, dont près de 80 % vivent en Afrique du Sud, où plus de 1 000 spécimens perdent la vie chaque année en raison du braconnage. Si vous pensez que la légalisation de la vente de cornes de rhinocéros n’est pas la bonne solution, vous pouvez signer cette pétition pour faire avancer les choses et permettre de trouver d’autres solutions viables qui permettront la survie de cette espèce mise en perdition par l’avidité de l’Homme.

Source:

Thedodo

Commentaires

Également féroce