Un chevreau aux cornes brûlées se rétablit avec style

Leanne Lauricella est la fondatrice de Goats of Anarchy, un centre dévoué au sauvetage de chèvres dans le besoin.

Lorsque Leanne tombe sur ce petit cabri, elle sait immédiatement qu'elle doit s'occuper de lui. Il est âgé d'une semaine et demi, pèse environ 900 g et a une toute petite voix adorable. "On aurait dit une petite souris lorsqu'il bêlait. Impossible à reproduire. C'était fou d'entendre un couinement si aigu venant d'un tout petit être."

La pauvre créature est née avec une malformation des pattes, c'est la raison pour laquelle son ancienne propriétaire l'a confiée à Leanne.

Cette femme l'avait emmené chez le vétérinaire pour un examen de routine. Après avoir rasé la tête de l'animal, le vétérinaire utilise un fer à marquer pour brûler les protubérances du chevreau sur son front, qui seraient devenues ses cornes plus tard... La propriétaire n'en savait pas assez sur les chèvres pour déterminer que cette procédure extrêmement douloureuse était complètement inutile.

"J'étais tellement en colère et bouleversée. C'était un bébé innocent. Comment ont-ils pu commettre cette atrocité ?", déclare Leanne encore sous le choc.

Elle décide de l'appeler Lawson. "L'ancienne propriétaire m'a raconté que le vétérinaire avait été très insistant et l'avait donc convaincue, mais qu'à la fin de la procédure, elle s'était mise à vomir", raconte Leanne.

L'écornage à l'aide d'un fer à marquer est en réalité une pratique courante. Cela permet de cautériser les vaisseaux sanguins favorisant la pousse des cornes.

Les fermiers ont souvent recours à cette pratique afin d'empêcher que les animaux ne se coincent dans les clôtures, ne se blessent (surtout lorsque ces derniers vivent entassés les uns sur les autres) ou n'attaquent les fermiers. Leanne trouve cela cruel et complètement inutile.

Elle explique pourquoi : "Elles crient. Plusieurs personnes les mettent dans une sorte de boîte faites pour ça d'où seule leur tête sort. Le reste de leur corps est immobilisé. On appelle ça de la mutilation et de la torture... les cornes des chèvres sont pleines de vaisseaux sanguins les aidant à réguler la température de leur corps (rester fraîches l'été et se réchauffer l'hiver)."

Qui plus est, les cornes finissent par repousser, mais mal du coup. "Les chèvres ont tellement de testostérones, après un an, que les cornes poussent entre 1 et 2 cm. À cause des cicatrices, certaines chèvres verront leurs cornes pousser dans le mauvais sens, menaçant de les blesser. Il faudra donc les traiter constamment", affirme Leanne.

"L'écornage est lié à de nombreux problèmes médicaux tels que le gonflement du cerveau et des tissus qui l'entourent."

Leanne a alors une idée géniale pour camoufler les cicatrices du cabri en attendant que ses poils repoussent. "J'ai commencé à me dire qu'il 'n'aurait pas de jolis photos de lui bébé'. Tout ce qu'on verrait serait les marques horribles de cette mutilation sur le haut de sa tête. Donc je me suis dit 'allons-y pour la confection de petits chapeaux adorables... comme ça, on ne se focalisera pas sur ce défaut.'"

Étant donné que l'écornage n'apporte rien à l'animal excepté des risques pour sa santé, sans mentionner la douleur, il est difficile de comprendre pourquoi un professionnel tel qu'un vétérinaire accepte d'y avoir recours, si ce n'est pour gagner de l'argent.

Les poils de Lawson repoussent et en attendant que cela soit terminé, Leanne lui confectionne de jolis petits chapeaux. N'est-il pas à croquer ? Il ne fait aucun doute que cette petite boule de poils sera bien traitée chez Goats of Anarchy. Si vous voulez faire un don pour aider des animaux sans défense comme le petit Lawson, sachez que chaque euro compte pour Goats of Anarchy !

Source:

The Dodo

Commentaires

Également féroce