Zoom sur l'histoire fascinante de Julie d'Aubigny

Julie d’Aubigny est née en 1673 à Paris d’un père noble. Sa vie tumultueuse va faire d’elle une véritable légende.

À l’époque, l’éducation d’une jeune fille est très spécifique : on lui apprend à être douce et convenable, en vue d’un mariage. C'est très loin d’être le cas avec Julie d’Aubigny.

Son père est convaincu que la jeune fille doit pouvoir être responsable d’elle-même, sans dépendre d’un homme.

Dès l’enfance, elle joue avec les codes des genres. Elle s’habille en garçon, et se passionne pour l’escrime et l’équitation, des disciplines traditionnellement masculines. 

 

À l’âge de 14 ans, Julie est remarquée par le Comte d’Armagnac. Elle devient sa maîtresse. Non seulement Julie est trop jeune, mais en plus elle est issue de la noblesse : être maîtresse sans être mariée nuirait fortement à son statut. Le Comte d’Armagnac arrange donc un mariage entre Julie et un jeune homme, un certain de Maupin. Julie prend son nom, avant que son mari éphémère ne soit envoyé au loin, en province. 

 

Peu de temps après, Julie rencontre Serannes, qui devient son amant. Mais Serannes tue un homme lors d’un duel, alors que pratiquer les duels est interdit. Serannes doit quitter Paris pour échapper à la police. Julie, folle amoureuse, décide de le suivre. Elle abandonne sa vie confortable et luxueuse de noble.

Ensemble, ils vivent au jour le jour. Le couple gagne de l’argent en donnant des démonstrations d’escrime, avec Julie habillée en homme. Quand ils arrivent à Marseille, ils font sensation. L’Opéra les repère, et souhaite créer un spectacle avec eux. C’est à ce moment-là que Julie, qui a toujours adoré chanter, prend conscience de son immense talent. Elle devient chanteuse et actrice.

 

Puis Julie se lasse de Serannes. Elle le quitte. Et tombe immédiatement amoureuse d’une jeune femme d’Avignon. Les parents de la jeune femme s’en rendent compte, et envoient leur fille au couvent qui devient nonne. Mais cela ne stoppe pas Julie, loin de là ! Elle se présente au couvent où elle mène une vie de nonne, près de son amante. Et l'histoire charnelle entre ces deux bonnes soeurs se poursuit tranquillement dans l'enceinte du couvent.

Puis Julie décide de délivrer son amoureuse. Le couple de femmes s'enfuit du couvent.

Mais Julie se lasse encore. Et après avoir séduit cette jeune fille, l'avoir poursuivie jusqu'au couvent, puis l'avoir fait s'enfuir du couvent, Julie l'abandonne. Cette amourette n'aura pas duré. 

 

Julie gagne sa vie en tant que chanteuse dans les opéras. C’est une femme libre, qui collectionne les amants et les maîtresses sans se cacher. Ses frasques ravissent la bonne société en même temps qu’elles l’affolent. 

 

 

Parallèlement, Julie continue de mener des duels. Parfois, elle séduit ses ennemis après les avoir vaincu. Mais souvent, ces duels se terminent dans le sang. Cela l’oblige à régulièrement changer de ville, afin de se faire oublier. 

 

Puis en 1703, alors que Julie est âgée de 30 ans, elle rencontre celle qui est surnommée "la plus belle femme de France", la marquise de Florensac. Les deux femmes tombent éperdument amoureuses l’une de l’autre. Elles vivent ensemble un amour intense. Mais malheureusement, la marquise décède d’une forte fièvre en 1705, dans la maison qu'elles habitent. Julie ne se remettra jamais tout à fait de ce terrible deuil. Deux ans plus tard, elle s’éteint à son tour, à 34 ans. 

La vie incroyable de Julie de Maupin a inspiré de très nombreuses adaptations. Un siècle plus tard, l’écrivain Théophile Gautier lui consacrait un roman sulfureux.
 
Plus proche de nous, plusieurs séries télévisées et films ont porté le caractère insoumis de Julie à l’écran. 

 

Julie de Maupin fut une personnalité admirable et libre. Affranchie des conventions, elle affichait ouvertement sa bisexualité. Elle a abandonné les privilèges liés à sa noblesse. Elle se bagarrait fièrement contre des hommes, et elle gagnait. Elle n'en a fait qu'à sa tête pour suivre ses émotions. Quelle femme courageuse et audacieuse ! 

Commentaires

Également féroce