Une femme virée d'une salle de sport à cause de sa tenue

Jenna Vecchio, originaire de l'Ottawa au Canada, met ses habits de sport et se dirige vers sa salle de sport. Tout commence pour le mieux pour la jeune femme qui se lance dans plusieurs exercices, mais au bout d'un moment, deux employés de la salle s'approchent d'elle et lui disent que sa tenue est "inappropriée". Selon eux, sa tenue n'est pas conformes aux règles vestimentaires de la salle et met les autres membres et employés mal à l'aise. Ils lui demandent d'aller mettre un t-shirt si elle souhaite continuer à s'entrainer.

Jenna regarde son débardeur et son legging sans vraiment comprendre le problème. Elle est si énervée en sortant de la salle qu'elle décide de poster une photo de sa tenue sur Facebook expliquant sa version de l'histoire. Que toute l'attention soit tournée vers vous pour une chose pareille est humiliant pour elle.

Et voici ce qu'elle écrit :

"Je suis membre du club de sport Movati Athletic à Orléans. Aujourd’hui, l’un des employés de la salle est venu me voir en me disant que mon débardeur était inapproprié et très gênant pour les employés de la salle ainsi que les autres membres. Dans cette salle, il y a un règlement vestimentaire exigeant le port de tenues correctes et discrètes. Je commencerai par dire que mon débardeur n’est pas différent de ceux portés par d’autres femmes au club, mis à part peut-être que ma poitrine est un peu plus large comparé à ma silhouette, mais c'est bien là la seule chose qui change des autres femmes. Après avoir demandé à chaque membre féminin que je croisais sur mon chemin si mon débardeur était offensant, elles m’ont toutes répondu non. Il est vite devenu clair dans mon esprit que les seules personnes offensées à la salle ce jour-là étaient les deux employées présentes. Je leur ai signifié que mon débardeur n’était pas différent des autres. Elles m’ont répondu que ce n’était pas leur problème et que lorsqu’on avait une poitrine comme la mienne, on ne portait pas de débardeur. Je me suis sentie humiliée. C’est de la discrimination contre mon apparence. On m’a remarquée pour ça, ce n’est pas juste de dire que je ne peux pas porter de débardeur à cause de ma silhouette. Aux formes différentes, règles différentes ? Je veux dénoncer cette injustice ! Si je ne peux pas porter de débardeur à cause de la taille de ma poitrine alors aucune femme n’est autorisée à porter ce genre de vêtements, peu importe la taille de leur poitrine.

C’EST DE LA DISCRIMINATION. UNE SILHOUETTE DIFFÉRENTE NE VEUT PAS DIRE RÈGLE DIFFÉRENTES !

******PARTAGEZ SVP !!!******

Les employés chez Motivati m’ont dit que ce club était privé et qu’il disposait donc de ses propres règles ! La discrimination est UN CRIME !

Voici trois photos différentes de la tenue que je portais aujourd’hui. Dites-moi si vous la trouvez gênante. J’ai également ajouté des photos de leur site internet où des femmes sont en train de faire du sport en débardeurs !!!!"

Sa publication a été partagée plus de 5 000 fois par des femmes à travers le monde entier qui considèrent cette injustice comme une forme d'"humiliation physique". Lorsque le club de sport Movati Athletic a eu vent de cette vive réaction, le chargé des relations publiques a publié cette déclaration :

"Même si cela n'était pas intentionnel, la tenue de Mme Vecchio n'était pas aussi discrète que ce qu'elle le montre et déclare sur les photos qu'elle a récemment publiées sur Facebook, et a mis mal à l'aise de nombreux membres qui sont venus se plaindre au personnel. Suite à la publication de Mme Vecchio sur sa page Facebook, nous avons ouvert une enquête et recueilli les témoignages des membres de la salle et du personnel et un entretien individuel avec Jenna a été organisé ensuite dans lequel cette dernière est restée campée sur ses positions. Nous avons conclu l'affaire en nous en tenant à notre première décision : la tenue de Mme Vecchio n'était pas conforme à notre règlement vestimentaire. Le personnel n'a jamais signifié à la plaignante que le style de sa tenue était en cause, mais que c'est bel et bien le manque de pudeur qui est à l'origine de la gêne ressentie par les autres membres du club. Bien que notre personnel se soit montré discret et très professionnel à son égard, et a dûment suivi la procédure en ne lui demandant pas de quitter la salle ou d'interrompre son entrainement, la plaignante et son mari ont décidé d'en faire une affaire d'État."

Il semblerait qu'il y ait deux versions dans cette histoire. Même si nous ne saurons jamais ce qu'il s'est vraiment passé dans cette salle, ce problème soulève un débat intéressant : avons-nous vraiment le droit de demander à des personnes de se couvrir plus dans une salle de sport ou devons-nous, au contraire, leur permettre de s'habiller comme elles l'entendent pour se sentir à l'aise pendant qu'elles s'entrainent ? Et Jenna était-elle vraiment trop peu vêtue ou est-ce le personnel du club qui se montre trop sensible ?

Source:

22 Words

Commentaires

Également féroce