La véritable histoire de Winnie l'ourson

Harry Colebourn est un jeune Anglais de 18 ans, venu au Canada pour y suivre des études de vétérinaire qu’il complète avec brio. Il n’hésite pas une seule seconde à s’engager dans l’armée plusieurs années plus tard, à l’aube de la Première Guerre Mondiale, dans laquelle il accède même au grade de lieutenant.

Il a 27 ans lorsqu’il foule le sol de White River, le 24 août 1914, quand le train qui le transporte lui et le reste des troupes marque une pause dans cette petite ville du sud du Canada. Harry descend de son wagon et assiste à une scène à laquelle il ne s’attendait pas : un petit ourson noir se tient là, à quelques mètres de lui. Curieux, il s’approche.

Le trappeur qui a capturé l’ourson explique au militaire qu’il a tué sa mère, mais n’a pas eu le courage d’achever le pauvre petit orphelin qui est, en réalité, une femelle. Il tente de lui trouver une nouvelle famille, qui puisse l’adopter et vivre avec elle.

Lorsque Harry prend le pauvre animal dans ses bras, son coeur fond instantanément. Il propose immédiatement d’acheter le petit ourson, pour la somme de 20$. Le trappeur accepte la proposition, sans savoir qu’il est en train de vendre une vraie légende.

Le jeune homme décide de prénommer la petite orpheline "Winnipeg", du nom de la ville canadienne dans laquelle il a toujours vécu. Tous deux deviennent rapidement inséparables. Harry éduque même l’animal, à l’aide de pommes et d’un mélange de lait concentré et de sirop de maïs dont elle est particulièrement friande.

Elle suit son maître comme si elle était son ombre, devenant même la mascotte de son régiment. Les soldats se bousculent pour prendre des photos avec elle, lorsqu’elle n’est pas en train de jouer avec Harry ou de tenter d’escalader les poteaux éparpillés dans le campement.

Today marks the 100th anniversary of the beginning of Winnie The Pooh's story.

Trois mois après son adoption, Harry se rend en Angleterre, son pays natal, en compagnie de Winnipeg. Mais rapidement, le jeune homme est appelé en France, au coeur du conflit, où il devra vivre dans les tranchées. La mort dans l’âme, il doit se séparer de sa chère amie, qu’il emmène au Zoo de Londres qui vient d’ouvrir un espace dédié à ces animaux impressionnants. 

Quand il lui dit au revoir, Harry a le coeur serré. Il regarde sa petite protégée dans les yeux et lui promet de revenir la chercher une fois la guerre finie. Malheureusement, le conflit s’éternise. Le jeune homme tente d'honorer au mieux sa parole et, dès qu’il a l’occasion de quitter le front, il rend visite à Winnipeg. À Londres, elle est devenue une réelle célébrité. Elle est si douce que les enfants, en admiration devant cet animal majestueux, sont même autorisés à rentrer dans son enclos. Les étoiles pleins les yeux, ils lui montent sur le dos et peuvent même la nourrir avec les mains.

 

Quatre années plus tard, la guerre prend finalement fin. Malheureusement, Harry se rend à l’évidence : il ne peut pas garder sa promesse. Winnipeg, désormais affectueusement nommée "Winnie", est bien plus heureuse à Londres, entourée d’autre animaux, qu’elle ne le serait seule avec lui.

Les adieux entre Harry et Winnie sont déchirants. Lui, retourne au Canada, dans sa ville de Winnipeg, où il ouvre un petit cabinet vétérinaire à l’arrière de sa maison. Elle, continue de faire la joie des visiteurs du Zoo de Londres. Parmi eux, il y a un petit garçon qui voue une admiration toute particulière à Winnie.

Christopher Robin Milne ne cesse de vouloir rendre visite à l’animal pour lui donner des cuillerées de lait concentré. Il renomme même son ours en peluche, à qui il attribue le nom amusant de "Winnie the Pooh", ou "Winnie l’ourson" en français.

Devant la passion de son fils Christopher, A.A. Milne, un auteur et scénariste anglais, ne reste pas indifférent. Il est immédiatement inspiré par "Winnie l’ourson", mais aussi par les nombreuses peluches de son fils : Tigrou, Porcinet, Petit Garou, Grand Garou et Bourriquet. Et ainsi naît, d’un ourson orphelin adopté dans une petite ville canadienne de l’autre côté de la terre par un lieutenant, l’histoire de Winnie l’ourson ! L’auteur écrit toute une série de livres dont elle devient l’héroïne, qui rencontre le succès planétaire qu’on lui connaît.

La vraie Winnie, elle, passera de longues années à Londres, où elle finira par s’éteindre en 1934 à l’âge de 20 ans. Sa célébrité, renforcée par le succès de la série, est telle que son squelette est apportée au Royal College of Surgeons, où il est exposé en 2013. Deux statuts de l’animal et de son papa, Harry, sont même érigées à Londres et à Winnipeg. 

Cette folle aventure d’un ourson orphelin, devenu l’acolyte d’un jeune canadien qui a croisé son chemin totalement par hasard, est en soi extraordinaire. Mais le destin de Winnie, aimée pour sa douceur et devenue sans le vouloir une célébrité adulée par des millions de personnes, l’est tout autant. Connaître la vérité derrière cette histoire qui a bercé bien des enfances est vraiment des plus émouvants. 

Source:

History, CBC

Commentaires

Également féroce