Une fillette autiste aide de nouveaux élèves à s'intégrer à l'école

Miriam Gwynne qui vit en Écosse, est la mère de deux enfants de 5 ans, Naomi et Isaac. La vie n’est pas toujours rose à la maison car ses deux enfants sont tous deux atteints d'autisme. Miriam était particulièrement anxieuse lors du premier jours d'école de sa fille et se posait beaucoup de questions : est-ce que sa fille allait s’adapter ? Les autres se moqueraient-ils d'elle ?

Néanmoins, rien de tout ce qu’elle avait imaginé ne s’est produit ce jour-là à l’école. À la fin de la journée, Miriam a reçu un coup de téléphone du professeur de Naomi qui voulait lui raconter ce qu’il s’était passé à l’école. Miriam ne pouvait pas croire ce qu’elle a entendu à propos de sa fille.

"Comme toutes les mamans, j'étais très inquiète lorsque ma fille a commencé l’école. Même lorsque je lui mettais son uniforme, je me demandais si une école “normale“ était vraiment un endroit approprié pour elle.

J’avais toutes les raisons du monde d’être inquiète étant donné qu'elle n’était pas capable de s’habiller ni d'aller aux toilettes toute seule. Elle est atteinte d’autisme et de mutisme sélectif et malgré avoir passé une année de plus à la crèche, elle était plus petite que la moyenne.

En plus de tout ça, son cartable est beaucoup trop chargé pour son âge.

Je me demande parfois si les professionnels se rendent bien compte du poids que nos enfants portent sur leurs épaules chaque jour.

En plus du diagnostic de ma jolie petite fille aux yeux bleus, il y a celui de son frère jumeau dont les besoins sont encore plus complexes. Il a des tumeurs et est atteint d'autisme sévère. Son comportement est très difficile et il ne parle pas. Elle vit des moments très difficiles alors qu'elle n'a que 5 ans.

Comment allait-elle s’en sortir sans son frère alors que son école est située à 20 kilomètres de la sienne ? Comment les personnes pouvaient-elles comprendre ses besoins si elle n’était pas en mesure de les expliquer ? Son anxiété, sa vulnérabilité et sa petite taille allaient-ils lui causer du tort à l'école ? Est-ce que sa vie à la maison allait être chamboulée à cause du stress provoqué par son apprentissage ?

J’étais très inquiète et me posais beaucoup de questions.

Mais quelque chose a changé lors de sa première semaine de cours. Un jour l’assistante m’a racontée que ma petite fille fragile, spéciale et silencieuse avait changé le comportement de tous ses camarades sans même dire un mot.

En fait, il y avait deux autres enfants dans sa classe qui étaient également silencieux, mais pour une raison très différente : ils ne parlaient pas anglais. Pour faciliter l’apprentissage, ma fille était assise à côté d’eux. Aucun des enseignants ne parlaient russe et tous cherchaient une solution pour s’occuper de ce groupe, qui par souci d’intégration, avait été placé dans une classe “normale“.

Le professeur faisait une leçon et les enfants étaient assis par terre. Ma petite fille s’est assise et a écouté attentivement puis est retournée à sa place. Les enfants devaient dessiner et écrire leur prénom en haut de la feuille. Alors que tous les autres enfants se sont précipités sur les crayons et les stylos, Naomi est restée assisse. Elle regardait l’assistante lutter pour venir en aide aux deux autres enfants qui ne comprenaient pas ce qu’on attendait d’eux.

Au moment où un autre enfant est venu distraire l’assistante, Naomi s’est levée et s’est approchée des deux enfants. Elle a pris le gobelet qui était au milieu du bureau et l’a mis à côté d’eux. En silence, elle a pris chaque enfant par la main, a indiqué leur prénom et a ensuite montré le haut de la feuille. Elle a ensuite choisi un crayon et a commencé à écrire sur leur feuille en montrant ce que les autres étaient en train de faire.

Elle a attendu qu’ils comprennent et ils ont fini par écrire leur prénom et dessiner. Elle les a regardé et leur a souri. Seulement après, elle est retournée s’asseoir pour se mettre au travail.

Le professeur a regardé la scène tandis que l'assistante a fondu en larmes.

La petite Naomi a donné une leçon à tous ses camarades ce jour-là. C’est un enfant souffrant de troubles de communication qui a montré à tout le monde comment communiquer.

Elle ne connait toujours pas un seul mot russe, mais vivre avec un frère qui ne parle pas lui a appris quelque chose qui a changé le comportement de tous ses camarades de classe sans même dire un seul mot : elle n’a pas besoin de la parole pour aider les gens.

Je suis toujours inquiète, mais je sais que malgré tout ce qu’elle vit, elle est capable de faire de très belles choses. Je suis très fière d'elle."

Postée le lundi 8 février 2016 sur Love What Matters

Plus de 200 000 lecteurs ont été profondément touchés par le geste admirable de cette petite fille autiste. 

Les actions de Naomi ont montré que les choses ne s’arrêtent pas à un simple diagnostic et que malgré son handicap, elle peut comprendre et interagir avec les autres. Une belle leçon de vie pour nous tous !

Commentaires

Également féroce