Un cheval muselé est secouru par des volontaires

En ce mois d’avril 2016, des promeneurs se baladent tranquillement dans la ville irlandaise de Clondalkin, à seulement quelques kilomètres au sud de Dublin. Ils passent à proximité d’un pré de plus de 100 hectares dans lequel trottent des dizaines de chevaux. Mais parmi ces animaux majestueux, libres et heureux, ils remarquent un détail terrifiant. 

Youtube/My Lovely Horse Rescue

L’un des chevaux, à la robe blanche et noire, a un licol littéralement incrusté dans la chair ! Les promeneurs appellent immédiatement une association, My Lovely Horse Rescue, spécialisée dans le sauvetage des chevaux.

Youtube/My Lovely Horse Rescue

Suite à cet appel alarmiste, des volontaires se dépêchent rapidement sur place. Mais ils se retrouvent face à un mur : il est impossible d’approcher le pauvre animal terrorisé ! Ils décident alors d’avoir recours à la manière forte et font appel à Gerry Creighton.

Gerry travaille au zoo de Dublin et il est le seul à avoir répondu à l’appel désespéré des volontaires. Et la méthode qu’il compte utiliser pour sauver le cheval apeuré est radicale : un fusil ! Mais pas n’importe lequel. Le fusil contient du tranquillisant qui permettra enfin aux volontaires de s’approcher de l’animal.

Youtube/My Lovely Horse Rescue

Toutefois, les choses ne sont pas aussi faciles qu’elles n’y paraissent. Garry tente à trois reprises de tranquilliser le cheval… en vain ! Terrorisé, il s’enfuit en galopant, sans qu’il ne soit possible de l’atteindre.

Les volontaires décident alors d’élaborer une stratégie d’approche tout en douceur. Chaque jour, ils viennent rendre visite au cheval, tentant de l’amadouer avec des carottes et autres friandises. Quelques temps plus tard, Garry tente à nouveau sa chance. La tâche est ardue : il lui faudra 4 heures et quatre fléchettes tranquillisantes, contre deux normalement utilisées, pour réussir à calmer l’animal. Mais l’opération est un succès !

Youtube/My Lovely Horse Rescue

Le pauvre cheval est ramené à l’association, où il sera pris en charge par un vétérinaire. Il faut lui enlever le licol, encore incrusté dans sa chair. C'est comme s'il était prisonnier d'une sorte de muselière ! L’explication est terrible : alors qu’il n’avait encore que quelque mois, un homme lui a posé cette pièce de harnachement… mais ne l’a plus jamais enlevée.

Youtube/My Lovely Horse Rescue

En grandissant, le licol commence peu à peu à entamer la chair du cheval, lui infligeant de terribles souffrances. Sa tête est emplie de pue et de vers qui ont élu domicile dans ses plaies. La blessure est extrêmement profonde et le vétérinaire se rend vite compte qu’elle sera particulièrement longue à cicatriser.

Youtube/My Lovely Horse Rescue

Mais si la remise en forme physique du cheval sera ardue, pour son état psychologique, cela semble bien différent. Dans un premier temps, il reste prostré dans son box, face au mur, totalement traumatisé. Mais au bout de deux jours seulement, l’animal, nommé Gerry (du nom de celui qui l’a secouru), semble totalement transformé.

Youtube/My Lovely Horse Rescue

Il se laisse non seulement caresser, mais accepte également de se nourrir directement de la main des volontaires. Un progrès énorme pour le pauvre cheval qui, il y a peu de temps encore, vivait dans une souffrance permanente, loin de tout contact humain.

 

Les semaines passent puis les mois, et l’état de Gerry s’améliore considérablement. Les traces du licol sont encore bien visibles, mais ont désormais cicatrisé, lui permettant enfin de vivre sa vie de cheval sans douleur aucune ! Il a même déjà trouvé une famille adoptive, qui devra toutefois encore attendre quelques temps avant de le ramener à la maison.

Vous pouvez retrouver cette histoire en visionnant cette vidéo (en anglais) : 

Si des promeneurs n’avaient pas remarqué la souffrance de Gerry, qui survivait entouré de dizaines d’autres chevaux, son histoire aurait probablement été bien différente. Il peut enfin profiter d’une vie normale, loin de cet atroce cauchemar qu’il a traversé et qui a bien failli lui coûter la vie. Heureusement, il a pu être secouru par des passionnés qui feront toujours du bonheur des animaux une priorité absolue. Merci à eux !

Commentaires

Également féroce