Revenue de voyage, une famille adopte une petite fille handicapée

La famille Stewart a 3 enfants : deux filles biologiques, et un petit garçon adopté aux Philippines. Après avoir longuement réfléchi, le couple décide d’agrandir la famille, et d’accueillir un quatrième enfant, venu des Philippines également.  

L’agence d’adoption leur envoie une liste, accompagnée de photos. Andreanne Stewart, la maman, regarde attentivement la liste jusqu'à tomber sur cette photographie de Maria : 

Facebook / Love What Matters

La petite fille de 6 mois a les joues rondes et roses, et un regard adorable. Pour le couple Stewart, c'est un coup de foudre. Mais la petite fille n'a ni bras ni jambes, en raison d'une malformation de naissance. 

Le couple traverse des doutes. Adopter un enfant handicapé n’est pas une chose simple, et les Stewart en sont conscients. "Nous savions que nous n’étions pas suffisamment qualifiés ou préparés pour accueillir un enfant comme elle, un enfant né sans bras ni jambes", explique Andreanne. 

Facebook / Love What Matters

Ils décident quand même de lancer la procédure d'adoption. Cela prend du temps. Les Stewart envoient une photo de leur famille à l'orphelinat à Cavite aux Philippines. La petite Maria commence à se familiariser avec leurs visages. 

Facebook / Love What Matters

Enfin, les Stewart reçoivent l'autorisation de venir à l'orphelinat pour rencontrer Maria.

Pendant ce long voyage jusqu'aux Philippines, le couple a encore quelques doutes. Ils sont à la fois nerveux et excités. Ils n'ont vu qu'une seule photo de la petite Maria. Ils sont impatients de la rencontrer, mais bien sûr, ils anticipent également. Et si la rencontre se passait mal ?

De son côté, la petite Maria sait qu'elle va bientôt rencontrer ces inconnus qui vont devenir ses parents. Elle aussi est nerveuse. 

Facebook / Love What Matters

Mais la première rencontre se déroule dans la tendresse et l'émotion. La petite Maria est d'abord un peu timide, mais elle les reconnaît. Les Stewart sont bouleversés. Ils fondent devant cette petite fille si mignonne, qui est désormais leur enfant. 

Ils rentrent aux États-Unis avec Maria, vers leur nouvelle vie. Les liens se tissent très vite entre la petite fille, ses parents adoptifs, ses soeurs et son frère. Au début, le couple a parfois des doutes : sauront-ils s’occuper de Maria, en prenant en compte ses besoins particuliers ? "Nous avions un peu peur, résume Andreanne, nous ne savions pas à quoi nous attendre, mais les choses se sont naturellement mises en place."

Facebook / Love What Matters

Facebook / Love What Matters

Maria est une enfant joyeuse, solaire et aimante. Elle va à l’école maternelle deux fois par semaine, elle est suivie par un kinésithérapeute, un ergothérapeute et un orthophoniste. Et bien sûr, comme n’importe quel enfant, elle aime rire avec ses soeurs et son frère, écouter de la musique, et jouer avec ses peluches. Chaque jour avec Maria est une surprise : "On établit les limites de ce qu'elle est capable de faire puis on la voit faire exactement ce dont on ne la croyait pas capable", raconte sa maman.

Facebook / Love What Matters

Les Stewart sont extrêmement heureux d’avoir pris cette décision, et de vivre avec Maria. "Nous avons beaucoup de chance de l'avoir dans notre famille. Elle nous a tous rendu meilleurs. Elle nous a appris à trouver de la joie dans les petites choses, à ne pas être tristes ou déçus de ce que nous n’avons pas, et à ne pas prendre les choses pour acquises."

Facebook / Love What Matters

Facebook / Love What Matters

Facebook / Love What Matters

Ils envisagent maintenant d’adopter une petite fille de 9 ans, philippine également. 

Facebook / Love What Matters

Regardez cette vidéo (en anglais) pour en apprendre plus sur l'histoire de Maria et de la famille Stewart :

C’est vraiment merveilleux de voir que le destin peut être déjoué, et que l’amour et l’engagement peuvent transformer la vie d'une petite fille. Souhaitons à Maria une vie belle et heureuse ! Et espérons que d’autres parents prennent exemple sur les Stewart, et envisagent eux aussi d’adopter un enfant handicapé.

Commentaires

Également féroce