Une mère fait débat en faisant la leçon à son fils sur Facebook

Terri Day Evans est une jeune mère britannique de 30 ans qui a une manière bien à elle d’éduquer ses enfants. En apprenant que son fils Jacob a bousculé une fille tellement fort qu’il lui a cassé la chaussure, elle décide de lui donner une bonne leçon en postant ce message sur Facebook : 

Absolument dégoûtée que mon fils de 12 ans ait trouvé ça bien d’écraser volontairement le pied d’une fille de l’école au point de lui casser le talon. Je vais te dire quelque chose Jacob, si tu harcèles cette fille ou quelqu'un d’autre de quelconque façon, je t’emmènerais personnellement à leurs parents pour qu’ils te punissent de la meilleure manière qui soit…Dis au revoir à l’argent de ton anniversaire, car tu vas acheter à cette fille une nouvelle paire de chaussures et un bouquet de fleurs ! #je ne veux pas de harceleur chez moi” 

Plus de 55 000 personnes ont liké le message de cette maman. Mais nombreux sont ceux qui la critiquent : “Je plains ton fils. Cela va le suivre pour toujours. Une erreur qu’il a faite à 12 ans est maintenant en ligne et visible par tout le monde” et “Mettre la honte à son fils sur Facebook est aussi une forme de harcèlement. Il tire son comportement de toi. Dommage que tu ne le comprennes pas”, commentent, par exemple, deux lecteurs. Depuis, la britannique a mis son commentaire sur Facebook en statut privé et a voulu clarifier les choses :

Pour répondre à certaines questions, oui mon fils peut voir cette publication, il a été identifié avant qu’elle ne fasse le buzz (ce que je ne prévoyais pas) pour que ses amis puissent voir que ses actes ont des conséquences. Il n’est pas grand, intelligent, difficile ou rigolo. C’est un garçon de 12 ans qui doit rendre des comptes à sa maman. Je me fous de ce que les gens peuvent penser de mes méthodes d’éducation, mon fils a humilié et embarrassé une fillette. Peu importe la raison qu’il avait (il ne s’attendait pas à lui casser la chaussure, il pensait juste qu’elle allait trébucher), la petite fille a quand même pleuré. Elle a déjà dû quitter sa précédente école car elle était harcelée là-bas. Alors imaginez à quel point le geste ridicule de mon fils a dû la toucher. Alors le fait que, soit disant, je lui mette la honte sur Internet n’est rien comparé à l’humiliation qu’elle a subie lorsqu’elle a marché avec sa chaussure cassée et ses yeux rouges pleins de larmes alors qu’elle était nouvelle à l’école”. 

Son message qui fait débat auprès des internautes finit tout de même sur une note positive : 

PS…bien sûr que je me suis assise pour discuter avec lui de son comportement. Je ne l’ai pas simplement identifié sur un message pour qu’il le lise ! Je suis absolument certaine que c’était un accident isolé qui ne se reproduira pas.” 

Commentaires

Également féroce