Un homme construit une moto avec sa voiture en panne pour survivre

Emile Leray est un Français spécialisé dans la métamorphose automobile. Il habite en Afrique et c’est tout naturellement qu’il se lance dans un raid en solitaire en 1993, dans le nord du continent. Il choisit une 2CV qu’il a équipée pour l’occasion. Mais rien ne va se passer comme prévu.

Emile arrive au Maroc avec sa voiture. Il voyage seul et la zone qu’il veut franchir est interdite à cause des conflits politiques qui règnent dans le pays.

Les autorités lui proposent de faire demi-tour et de prendre un passager avec lui. Cette idée ne plaît pas du tout au jeune aventurier.

Il rétorque sèchement que son assurance ne lui permet pas de prendre de passagers. Bien déterminé à poursuivre la route qu’il s’est fixé, il presse alors l’accélérateur, contourne le barrage et s’engage hors piste. Il roule à toute allure pour échapper à la police. 

La route est sinueuse, dangereuse. La 2CV lancée à pleine vitesse ne va pas résister longtemps. Et le pire des scénarios se produit alors. Le bras pivotant et l’axe de roue cèdent. Sans ces deux pièces maîtresses, la voiture ne peut plus avancer. Emile est coincé au milieu du désert.

Le village le plus proche est à dix kilomètres, bien trop loin pour s’y rendre à pied. Par chance, Emile a des provisions de nourriture et d’eau pour au moins 10 jours. C’est là qu’il va avoir une idée incroyable. 

L’aventurier décide de transformer sa voiture en moto, pour s’échapper de cet enfer sans issue.

Il commence à démonter soigneusement sa voiture pièce par pièce. Il pense que cette entreprise lui prendra trois jours. Et plein d’optimisme, il s’attelle à la tâche. 

Il réussit à monter les roues sur un petit châssis, fait de l’espace pour une petite batterie, le réservoir de gaz et une valise. Il parvient à mettre en place un circuit d’eau pour refroidir le moteur. 

Le travail est titanesque et prend quatre fois plus de temps que prévu. C’est seulement au bout de 12 jours, avec un demi litre d’eau pour toute provision, qu’il finit sa "moto".

Il démarre l’engin qui ne peut pas dépasser les 20 km. Mais qu’importe, il est sauvé ! Il n’oublie pas d’accrocher à l’arrière la plaque d’immatriculation de l’auto pour éviter tout problème avec la police.  

Il baptise sa moto "chameau du désert" et se met en route, les cheveux au vent. 

Sur le chemin, il sera tout de même arrêté par la gendarmerie pour conduite d’un véhicule non autorisé. Un moindre mal quand on sait qu’il a échappé à une mort certaine au milieu du désert !

24 ans plus tard, Emile a vieilli mais il a toujours cette malice d’aventurier dans les yeux. Il a conservé l’engin unique au monde et monte dessus parfois, en souvenir de son aventure, qui a  fait le tour du monde.

L’histoire d’Emile est digne d’un film d’aventure. Héros des temps moderne, il a transformé sa 2CV en moto à partir de pièces de récupération seulement. On admire son talent et on jalouse ses proches : avec un tel inventeur dans leur entourage, adieu les ennuis mécaniques du quotidien !

Commentaires

Également féroce