Légende : Une poule attaque un villageois et se transforme en gobelin

Dans le petit village de Tehuacan, dans l’État de Puebla au Mexique, une légende court à propos d'un pont appelé "Le pont des Gobelins", un pont maudit. Même si c'est une légende, elle est encore très présente dans les esprits des habitants. Il faut dire que cette histoire-là fait froid dans le dos ! 

Les rumeurs concernent Don Hilario, qui fut l’un des habitants du village. À l'époque, il mène une vie de travailleur, ponctuée par l’habitude d’aller prendre quelques verres avec ses amis en fin de semaine pour se détendre un peu. 

Alors qu’il avait l’habitude de rentrer chez lui avec ses compagnons de soirée, un soir après plusieurs verres, Don Hilaro rentre seul. Ivre, il titube dans les rues du village, essayant de retrouver le chemin de sa maison. Dans la nuit noire, il s'enfonce dans la forêt. Mais le décor est comme transformé. Les chemins ont disparu. Tout autour de lui est inquiétant et lugubre...

Youtube /Alex Iceman

Très vite, Don Hilaro se perd et se retrouve profondément enfoncé dans la forêt dont il ne reconnait plus rien. À quelques pas de lui, un vieux pont en pierres se dresse, plongé dans la pénombre. 

L’obscurité est totale, seule la lune donne un peu de lumière à Don Hilaro pour distinguer les contours du pont dans la brume...

Et soudain, devant lui, un mouvement le fait sursauter. 

Youtube /Alex Iceman

À ses pieds, une poule surgit. Il s’agit d’une grosse poule, bien en chair, sûrement échappée d’un enclos voisin. Une poule de cette taille, dans un pauvre village comme celui-là, c’est inespéré, et Don Hilaro essaye de l’attraper. Elle pourrait nourrir sa famille pour une semaine. Don Hilaro la poursuit sans vraiment s'apperçevoir qu'elle l'entraine vers le pont... 

Youtube /César Guerrero

En dépit de son ivresse, il réussit presque à refermer ses mains sur elle, lorsque le volatile se réfugie sous le pont de pierre. C’est alors qu’il entend un rire machiavélique, atroce, et qu’il voit de ses yeux effarés la poule se transformer en un petit homme, affreux, avec des yeux jaunes et de longues oreilles. D’autres petits Gobelins se joignent à lui avec ce même rire macabre. 

Mort de peur, Don Hilaro se sauve en courant aussi vite qu’il peut. Mais il est déjà trop tard. Il ressent une douleur intense dans les jambes et sent qu’il va s’évanouir. Alors que les créatures le traînent en arrière sous le pont, le paysan a juste le temps de réciter une prière et de se signer. Puis il sombre dans le noir total. 

Youtube / Yair Huerta

Le lendemain matin, Don Hilaro se réveille chez lui. Il commence à rire de soulagement. Ouf ! Ce n’était qu’un mauvais rêve ! De telles choses ne peuvent réellement pas exister. Il a décidément vraiment trop bu hier soir. 

Mais c’est alors qu’une douleur cuisante lui vrille les jambes et le fait hurler. 

Il regarde ses jambes, terrifié par ce qu’il craint d’y voir. La réalité dépasse ses pires cauchemars.

Youtube / Yair Huerta

Des griffures et des morsures parsèment ses tibias et ses mollets, mais à un endroit la peau est couverte de bleus et de contusions ! Des traces de doigts longs et crochus font même le tour de ses chevilles.

Ce n’était peut être pas qu’un rêve, finalement. Surtout qu’autour de lui, dans la pièce, gisent des plumes de volaille et des traces de sang.  

Youtube /Alex Iceman

L’histoire raconte que Don Hilaro a ensuite quitté la ville, fou de terreur, et personne n’a plus jamais entendu parlé de lui. On dit qu’il a arrêté l’alcool totalement et qu’il s’est retiré chez un membre de sa famille. 

Depuis, le pont est désormais maudit et à cause de cette légende, les habitants l’évitent autant que possible. Les enfants sont éduqués à s’en méfier. Mais quand ils grandissent, en tant qu’adolescents à la recherche de sensations fortes, ils s’approchent du pont contre lequel on les a pourtant mis en garde. Et en y venant la nuit, on raconte qu’ils entendent parfois ce rire démoniaque qui glace le sang…

Commentaires

Également féroce