Une femme aide l’agresseur qui lui a tiré dessus à sortir de prison

Debbie Bairgrie vient de devenir l’heureuse maman de son second enfant. La jeune femme vit à Tampa, en Floride, dont elle arpente actuellement les rues d’un pas rapide. En cette nuit de l’été 1990, elle vient de quitter ses amies après une soirée passée en leur compagnie et se trouve sur le chemin du retour. Soudain, elle entend une voix s’élever derrière elle. 

“Je suis sérieux… donne-le-moi.” Debbie se retourne et ce qu’elle voit teinte son visage d’effroi. Un pistolet est pointé sur elle, à seulement quelques centimètres. La jeune femme n’a pas le temps de réagir, la détonation résonne déjà dans ses oreilles. La balle fuse dans sa bouche et traverse sa mâchoire, emportant dans sa course la totalité de ses dents inférieures et déchirant un bout de sa langue. 

Debbie est transportée à l’hôpital où elle est immédiatement prise en charge et évite de justesse une mort atroce. Si son visage avait été incliné ne serait-ce que de quelques millimètres, elle aurait très probablement péri.

Trois jours seulement après son agression, Debbie apprend que l’auteur des faits se nomme Ian Manuel. Arrêté par la police pour des faits divers, il confesse immédiatement avoir tiré sur la jeune femme. Mais un “détail" la choque : Ian est âgé de tout juste 13 ans ! Comment un enfant peut-il commettre un tel acte de barbarie ? L’esprit de Debbie se brouille d’incompréhension, mais également de colère.

Youtube/USNews24

Avant même d’entrer dans l’âge adulte, Ian est condamné à passer le reste de sa vie en prison. Debbie, qui enchaîne les opérations afin de réparer sa mâchoire émiettée, n’entend plus parler de lui. Du moins, pour un temps.

Cela fait un peu plus d’un an depuis son agression, et Debbie tente de se reconstruire jour après jour. Les fêtes de fin d’année, qu’elle va passer en famille, approchent à grands pas. Un jour, elle entend la sonnerie du téléphone retentir et décroche le combiné. Mais la voix qu’elle entend au bout du fil la désarçonne au plus haut point…

“Madame Baigrie, c’est Ian. Je vous appelle pour vous dire que je suis désolé de vous avoir tiré dessus, et je vous souhaite à vous et votre famille un très joyeux Noël.” Lorsqu’elle entend la voix de son agresseur, Debbie est à la fois bouleversée et surprise. Jamais elle n’aurait pensé recevoir des excuses de son agresseur. Elle admire même sa démarche, tout particulièrement venant d’une personne aussi jeune.

Cet événement sera un vrai déclencheur. Peu de temps après, l’agresseur encore enfant et sa victime entâment une réelle correspondance. Il lui raconte sa vie au quotidien entre les quatre murs de sa cellule. Debbie se rend alors compte de la culpabilité qui habite Ian au quotidien et ne peut y rester insensible. “Je me suis dit, ouah, ce gamin est intelligent. Ne gâchons pas cette vie. Donnons-lui une chance. Il était intelligent, il avait des remords.”

Youtube/USNews24

Au fil des lettres et de la guérison de Debbie, qui prendra dix ans, c’est une réelle relation qui se tisse entre eux. Les années passent, et c’est même par ces deux mots, “ton amie”, que Debbie signe ses lettres. Elle commence même à se mobiliser pour faire sortir le petit garçon, désormais devenu un jeune homme, de prison. Mais en vain. Ian reste toujours prisonnier et passe la majorité de son temps en isolement, séparé des autres détenus, car il tente constamment de se blesser lui-même. Pour Debbie, le voir dans cet état est extrêmement difficile.

C’est finalement une décision rendue par la Cour Suprême en 2010 qui va tout changer. Elle invalide en effet les peines d’emprisonnement à perpétuité pour les mineurs. Debbie décide alors immédiatement d’aider à la libération désormais possible d’Ian. “J’ai réalisé que si je ne l’aidais pas, cela serait une vie perdue. Et ma vie n’a pas été perdue, et j’avais l’impression que cette punition allait bien au-delà de ce qu’elle aurait dû être."

Youtube/USNews24

En Novembre 2014, Ian, désormais âgé de 39 ans, est libéré de prison, après plus de 26 ans. Lorsque Debbie l’attend à la sortie puis le prend dans ses bras, elle a presque l’impression de retrouver un fils. Les deux amis parlent longuement. Ian espère pouvoir trouver un travail et écrire un livre. Debbie, elle, décide de lui montrer des photos de ses deux filles, désormais adultes. 

Cet incroyable acte de pardon de la part de Debbie, qui a passé 10 ans de sa vie à se reconstruire suite à son agression, est tout simplement incroyable, même s’il fait l’objet de nombreuses critiques. Les deux filles de Debbie sont notamment plongées dans l’incompréhension la plus totale face à la décision de leur mère et ne peuvent ne serait-ce qu’entendre le prénom de Ian.

Vous pouvez retrouver cette histoire en visionnant cette vidéo (en anglais) :

L’histoire de cette femme qui pardonne l’impensable à celui qui lui a tiré une balle dans la bouche est une réelle source d’inspiration. Aujourd’hui amis, Debbie et Ian continuent leurs routes respectives. L’homme, qui avait mis toute son existence sur ”pause”, peut désormais se reconstruire comme a pu le faire Debbie avant lui. Il ne compte pas gâcher cette seconde chance salvatrice, pour finalement croquer sa vie à pleines dents !

Source:

Shareably

Commentaires

Également féroce