Une femme enceinte sauve son bébé en se plaignant sur Facebook

Christina DePino est enceinte de 35 semaines et attend avec impatience le jour où elle pourra enfin accueillir son petit ange. Mais malheureusement, depuis quelques temps, elle vit dans un inconfort permanent : elle se gratte sans arrêt.

"C’en est arrivé à un point où je ne pouvais plus dormir la nuit… mes bras et mes jambes saignaient à cause de tous les grattements", explique la jeune femme. Elle décide alors de se plaindre dans un post Facebook, expliquant à quel point cette situation transforme son quotidien en un véritable enfer.

Mais ce qu’elle ne sait pas, c’est que cette publication, qu’elle considère elle-même comme un simple message de complainte, va sauver la vie de son bébé. Certaines de ses amies sont en effet immédiatement alertées par les symptômes décrits par Christina : elles pensent que la jeune femme pourrait être atteinte de cholestase gravidique, une complication inoffensive pour la maman mais pouvant conduire à la mort du foetus in utero lorsqu’elle n’est pas détectée.

Christina se rend immédiatement chez le médecin afin de faire des tests et se rend très rapidement compte de la catastrophe qu’elle vient d’éviter de justesse ! Elle est en effet atteinte de cholestase gravidique et pour limiter les risques, son docteur décide de procéder directement à l’accouchement.

Sans cela, Christina le sait, son bébé serait très probablement mort à la naissance, après 37 semaines de grossesse : "Dès que j’ai tenu ma magnifique petite fille dans les bras, tout ce à quoi je pensais, c’était ce qui se serait passé si je ne m’étais pas plainte sur Facebook ? Si personne ne m’avait prévenue ? Tout ce à quoi je pensais, c’était de prévenir les autres femmes."

 

Heureusement, le pire a été évité et Christina a pu donner naissance à un bébé en parfaite santé. Elle souhaite désormais véhiculer son message auprès du plus grand nombre afin d’éviter des catastrophes dans le futur. Surtout, si vous remarquez des changements particulièrement étranges sur votre corps, n’hésitez pas à en parler autour de vous (sans bien sûr tomber dans les excès et l’hypocondrie) : mieux vaut prévenir que guérir !

Source:

Today

Commentaires

Également féroce