La légende de "Charlie No-Face" (Charlie sans visage)

Chaque partie du monde possède ses légendes urbaines qui vont des célèbres maisons hantées à l'apparition de personnages terrifiants quand on répète leur nom devant un miroir. Bien que ces histoires n'aient aucune preuve ni valeur scientifique, elles se basent parfois sur des faits réels. Cet article raconte une histoire que vous n'avez peut-être jamais entendue, mais qui contient plus de vérités que de nombreux autres mythes célèbres.

En Pennsylvanie, tout le monde ou presque connaît l'histoire de Charlie No-face (l'homme sans visage) ou The green man.

Dans les années 20, des rumeurs d'une entité surnaturelle apparaissant la nuit sur les bords de route et dans des tunnels abandonnés, voient le jour. Nombreuses sont les personnes qui pensent avoir affaire au diable en personne à cause de ses reflets verts, des bruits étranges qu'il émet et de son unique apparition nocturne.

Ceux qui parviennent à s'approcher de lui déclarent que l'entité n'a pas de visage ou qu'elle a des trous partout. La légende se répand comme une trainée de poudre dans les tranchées au cours de la Seconde Guerre mondiale, où les soldats, pour faire passer le temps, se racontent les légendes urbaines des villes où ils sont nés.

Or, la légende de Pennsylvanie est bel et bien réelle. L'homme vert sans visage a un nom : Raymond Robinson. Et son histoire est incroyable. Né en 1910, il survit à un terrible accident lors de ses neuf ans qui va le marquer à vie et changer radicalement son avenir. Alors qu'il veut observer un nid d'oiseaux, il s'électrocute violemment avec des câbles électriques et finit complètement défiguré.

Les médecins pensent que Raymond est condamné, mais l'enfant survit. Néanmoins, les conséquences sont terribles et irréparables : il perd ses deux yeux, son nez, une oreille et un bras. En plus, selon certaines versions des témoins occulaires, le choc aurait donné une couleur verdâtre à sa peau qui brillerait dans le noir.

À cause de son apparence presque inhumaine, Raymond doit vivre seul, en retrait de la société pour ne pas susciter l'effroi parmi les foules. C'est pour cette raison qu'il ne sort que la nuit pour se promener dans des zones peu fréquentées (bords des routes et tunnels abandonnés). Ceci couplé au fait qu'il ne peut pas se déplacer sans sa canne alimente la légende dont il deviendra peu à peu le personnage principal.

Mais derrière le "monstre" se cache en réalité un homme aimable qui mène une vie simple et digne. Il fabrique des ceintures, tapis et chapeaux et lorsque ses voisins le voient dans la rue, il accepte de se faire prendre en photos en échange de quelques cigarettes.

Malheureusement, toutes les rencontres avec les personnes ne se passent pas aussi bien. Il y a des gens qui sortent le soir et se rendent exprès dans les endroits qu'il fréquente pour le surprendre et l'agresser. Il arrive même que des voitures le renversent ou tentent de le renverser sciemment. Mais ces événement ne l'empêchent pas de sortir pour autant et il continue à le faire jusqu'à la fin de sa vie. Raymond meurt en 1985 à l'âge de 74 ans dans une maison de retraite.

La vérité est que les personnes qui connaissaient Raymond le considéraient comme un homme qui avait échappé à la mort très jeune et qui était tout de même parvenu à vivre sa vie. L'histoire de Raymond est passée de génération en génération et certaines parties sont restées intactes tandis que d'autres ont été grandement exagérées. Une chose est sûre, la légende de Raymond Robinson n'est pas prête de s'éteindre, car tant qu'il y a de l'imagination, il y a de la vie.

Commentaires

Également féroce