Horreur : un homme injecte le virus du sida à son fils

En 1991, Brian Stewart et Jennifer Jackson, se rencontrent sur une base militaire, dans le Missouri, où ils font tous les deux partie du personnel médical en tant qu'infirmiers. Le courant passe bien entre eux, ils commencent une relation amoureuse. Cinq mois plus trad, ils s’installent ensemble et Jennifer tombe enceinte. 

Le nourrisson nommé Bryan, comme son père, voit le jour pour le plus grand bonheur de ses deux parents. Malheureusement, l’union de cette famille sera de courte durée.

Brian est appelé en mission à l’étranger, en Arabie Saoudite. Jennifer, toute jeune maman, attend impatiemment son retour. Mais quand il franchit le seuil de la porte, ce n’est plus le même homme. Il souffre de stress post-traumatique. 

Son comportement a changé radicalement, il ne supporte plus le bébé et délaisse la mère de son enfant.  

Le couple décide de se séparer, mais quand il s’agit de parler de pension alimentaire, la situation empire encore plus. Une lutte amère s’engage entre les deux adultes et Stewart devient de plus en plus menaçant. Jennifer témoigne : "Il avait l’habitude de dire ’Ton enfant ne vivra pas au delà de cinq ans.'" Ou encore pire : "Quand je vous quitterai, je ne laisserai aucun lien de nous deux subsister derrière moi."

À 11 mois Bryan est victime d’une crise d’asthme et sa mère l’emmène d’urgence à l’hôpital. Elle appelle le père de son enfant pour le prévenir. Celui-ci arrive sur place sans prévenir. Il veut passer du temps avec son fils seul et Jennifer descend à la cafétéria. Elle est à mille lieux de se douter de la chose abominable qu’il s’apprête à commettre dans son dos. 

Youtube/AssociatedPress

Pendant qu’ils sont seuls, il sort une seringue de sa poche. Il prend le petit bras du bébé et le pique. En tant qu’infirmier, il connaît bien la procédure. On pourrait penser qu’il veut le sauver, mais c'est complètement l’inverse : il vient de le contaminer, de son plein gré, avec le virus du VIH, pour ne pas avoir à payer de pension alimentaire !

Brian, dans un excès de sadisme, avait stocké dans son frigo des échantillons de sang infectés par le virus. Il avait même plaisanté avec ses collègues : "Si je voulais infecter des gens avec un de ces virus, ils ne sauraient même pas quelle en serait la cause."

Youtube/AssociatedPress

Jennifer revient au chevet de son fils et ne se doute de rien. Pourtant, quelques signes présagent déjà que le pire vient juste de se passer. Les constantes de Bryan chutent soudainement, le sang de la seringue n’est pas de son groupe sanguin et son corps fait un rejet ! 

Mais le virus court déjà dans son organisme et la santé de Bryan, à partir de ce jour, ne va cesser de se détériorer.  

Les médecins ne trouvent pas ce dont il souffre. Ils testent le petit pour toutes les maladies possibles et imaginables. Puis le résultat du test du VIH arrive: positif. Bryan n’a plus que cinq mois à vivre. Jennifer, effondrée, vit un cauchemar.  

Youtube/AssociatedPress

Malgré ce diagnostic pessimiste, les médecins n’abandonnent pas et soignent Bryan du mieux qu’ils peuvent. Il prend jusqu'à 20 pilules par jour, sans compter les injections. Sa mère est aux petits soins.  

Youtube/AssociatedPress

Bryan souffre physiquement pendant toute son enfance. En plus du lourd traitement qu’il doit suivre à la lettre, il est rejeté par la société. Le petit garçon est banni de l’école et sa mère est regardée comme une personne infréquentable. Les insultes pleuvent. Il est scolarisé à domicile. Son histoire fait les gros titres.

Aux alentours de 10 ans, Bryan commence à réaliser ce que son père lui a fait et il entame un long chemin vers le pardon. "Je ne m’abaisserai pas à son niveau," déclare-t-il.

Youtube/AssociatedPress

Sa situation physique s’améliore étonnement. Il a choisi de pardonner à cet homme pour vivre en paix. Il change son prénom - il rajoute un ’r’ à Bryan et prend le nom de famille de sa mère, Jackson. Deux étapes qui vont l’aider à s’accepter. 

Aujourd’hui, Brryan a 24 ans. Il vient de témoigner contre cet homme qu’il ne regarde pas comme son père, devant le juge.

Youtube/AssociatedPress

Revoir ce dernier est une expérience terrifiante pour lui. Il ne sait pas à quoi il ressemble et souhaite que leurs chemins ne se croisent plus jamais. Le criminel a passé déjà du temps derrière les barreaux, et y restera toute sa vie. Mais prendre la parole permet à Brryan de tourner la page. 

Aujourd’hui il est un jeune homme accompli et engagé dans des associations d’enfants atteints eux aussi du VIH. "Ce n’est pas seulement leur problème, c’est le problème de tous," dit-il.

Youtube/AssociatedPress

C’est incroyable de le voir si motivé, positif et dynamique après tout ce qu'il vécu !

Youtube/AssociatedPress

À présent, le virus semble s’être endormi dans le corps de Brryan, il n’a plus d’effets secondaires et ne prend plus qu’une pilule par jour. Mais bien sûr, il restera infecté toute sa vie. 

Vous pouvez découvrir la vidéo de cette histoire hors du commun (en anglais) : 

Il n’y a pas de mots pour qualifier ce que Brryan a vécu. Cet enfant innocent s’est retrouvé être victime de son père, l'homme censé le protéger le plus au monde. Mais Brryan a défié toutes les statistiques en vivant jusqu'à aujourd’hui, sans rancœur ni désir de vengeance. Son voeu le plus cher ? Devenir papa. Son message d’espoir, d’amour et de paix est un exemple pour nous tous.

Source:

BBC news, Ayoye

Commentaires

Également féroce