Un couple de handicapés se bat pour la garde de leur fils

Anna Bachur de Belarus a dû se battre toute sa vie pour des choses considérées comme naturelles par la plupart des gens. Tout a commencé à sa naissance. En un regard, ses parents décident qu'ils vont la faire adopter : les jambes et les bras d'Anna ne se sont pas développés normalement, et là où elle aurait dû avoir des mains, il n'y a ni poignet ni doigts. 

Youtube/Тэлеканал Белсат

Mais il semblerait que personne ne veuille adopter cette petite fille, qui passe alors toute son enfance à l'orphelinat. Même si elle sait que cela ne se produira jamais, elle rêve quand même souvent que ses parents reviendront la chercher. Plus grande, elle s'est même faufilée hors de l'orphelinat pour aller voir ses parents, mais la confrontation fut douloureuse : ils ne voulaient avoir aucun lien avec elle. 

Anna fait alors un choix : son bonheur ne dépendra de personne d'autre. Elle va créer sa propre histoire. Elle travaille dur pour devenir indépendante, organisant pour elle-même des "tests" visant à démontrer qu'elle est capable de vivre seule. Elle apprend à se servir d'un ordinateur, la peinture est devenu son hobby et elle mène sa vie en accord avec ses idées. 

Les années passent et elle finit par atteindre son objectif. Elle se tient debout, sur ses deux pieds. Puis, quelque chose de complètement nouveau et surtout inattendu se produit : elle rencontre un homme qui va devenir son compagnon de vie, Anatoli.

Youtube/Тэлеканал Белсат

Tous deux ont quelque chose d'essentiel en commun, une compréhension de ce qu'être différent signifie. Anatoli a vaincu ses propres difficultés après avoir survécu aux effets de la polio dont il a souffert lorsqu'il était enfant.

Le couple se marie en 2008 et passe de nombreuses heureuses années jusqu'à ce qu'une autre surprise vienne ajouter une touche de bonheur supplémentaire : Anna tombe enceinte.

Or, son médecin vient mettre à mal la perspective de la jeune femme de fonder une famille, en lui conseillant fortement de mettre un terme à sa grossesse à cause des handicaps dont elle et son mari souffrent.

Le couple hésite et se pose des milliers de questions, mais sachant que chacune des conditions des parents n'est pas héréditaire, ils font fi des conseils du médecin et décident de poursuivre la grossesse. Leurs chances d'avoir un enfant en bonne santé sont les mêmes qu'un couple "normal" et ils veulent devenir parents par-dessus tout.

Youtube/Телеканал ОНТ

Tout au long de la grossesse, les médecins tentent encore et encore de convaincre le couple de mettre un terme à la grossesse, mais Anatoli et Anna refusent. Ils sont fous de joie à l'idée d'agrandir la famille et il se trouve qu'ils ont tous les droits de l'être, qui plus est, ils ont eu raison : l'été 2015, Anna met au monde un petit garçon, Kostia, en excellente santé. Les nouveaux parents sont aux anges !

Mais une fois de plus, leur bonheur est terni au moment où ils s'apprêtent à ramener leur petit trésor à la maison. Les médecins refusent de laisser partir l'enfant avec ses parents.

Youtube/Телеканал ОНТ

Anna s'est toujours montrée extrêmement forte, mais à ce moment précis, elle a l'impression que son monde est en train de s'écrouler. Les travailleurs sociaux et les médecins s'unissent et s'accordent à dire qu'à cause de leurs handicaps, les parents ne seront pas capables d'élever un enfant. Ils sont convaincus que Kostia pourrait être blessé, voire tué entre les mains de ses parents biologiques.

Selon les professionnels, le petit garçon doit être remis à une famille "normale".

Youtube/Телеканал ОНТ

"Vous allez le faire tomber ou le noyer. Vous ne pouvez pas le nourrir correctement." La liste des "raisons" est très longue. Pour sa part, Anna a déjà montré sa capacité à élever et prendre soin d'enfants, notamment à l'orphelinat. Elle ne sait que trop bien comment élever son fils et lui apporter ce dont il a besoin.

Les médecins ont été témoins de ça, mais refusent quand même de la laisser le prendre à la maison.

Youtube/Телеканал ОНТ

Anna et Anatoli sont déterminés à se battre pour obtenir la garde de leur fils. Ils ne comptent pas laisser tomber leur fils ainsi et ne se plieront pas à l'abandon qui leur est imposé par les médecins et travailleurs sociaux. 

Le couple décide alors de contacter les médias locaux ainsi que le gouvernement. Anna fait une chose inouïe : elle laisse entrer les caméras chez elle pour prouver qu'elle sait s'occuper de son bébé. Un reportage (en russe) concernant la terrible histoire de la famille passe à la télé provoquant l'émoi de la population. À 1:35, on voit Anna en train de changer la couche de Kostia :

Anatoli et Anna ont tout fait pour montrer qu'ils sont de bons parents. Ils ont même passé des tests psychologiques et d'aptitudes physiques. Nombreux sont les professionnels qui pensent que le couple ne devrait pas avoir d'enfant, mais le soutien apporté aux parents est de plus en plus grand.

Au final, la pression sur les autorités était telle qu'elles ont fini par céder. Anna et Anatoli peuvent enfin quitter l'hôpital et rentrer chez eux avec leur bout de chou.

Un an et demi plus tard, la vie s'est un peu calmée. Kostia se porte à merveille : c'est un enfant heureux et futé qui rend ses parents très fiers. Un travailleur social rend visite à la famille de temps à autre pour s'assurer que tout va bien, mais il ne fait aucun doute que ces deux parents aimants jouent leur rôle à la perfection.

Youtube/Тэлеканал Белсат

Cette histoire fascine toujours autant le pays. La famille est d'ailleurs très souvent invitée dans des talk-shows pour parler de son expérience (en russe et biélorusse, mais elle est trop belle à regarder, surtout à partir de 1:45, même si vous ne comprenez pas) :

Anna et Anatoli sont la preuve vivante que les handicaps moteurs n'ont aucun impacts sur la capacité d'une personne à être un bon parent et que "normal" n'est pas la seule taille et forme dans laquelle une famille doit se dessiner. 

Cette famille s'est longuement battue pour vivre cette vie, elle mérite donc d'en profiter pleinement ! 

Source:

kp.byYoutube

 

Commentaires

Également féroce