Une adolescente écrit une lettre à son père qui a abusé d'elle petite

Micaela est une adolescente de 17 ans qui vit à Buenos Aires, en Argentine. Ces 12 dernières années, elle a vécu un drame quotidien intolérable et épouvantable : son père abusait d’elle régulièrement. Aujourd’hui, elle lui adresse une lettre poignante.

Angel Rodriguez, le nom de mon père, j’ai caché de nombreuses fois ton visage pour que personne ne te reconnaisse. 

À la personne qui m’a abusée sexuellement à sa guise pendant des années, à toi “papa”, qui lis tout ce que je publie ici, j’espère aussi que tu liras cela ! Toi et ton avocat méritent de tomber dans le même enfer, toi-même tu as dit “j’ai dépensé suffisamment d’argent en avocat”, j’imagine.

Je ne t’oblige pas à payer mes médicaments contre mes crises d’angoisse, mon anxiété et ma dépression, et je sais que je n’ai pas besoin de ton argent. Et si je dois continuer à prendre des médicaments, tant mieux, car le problème c’est toi, pas la dépression. 

J’espère que tu ne pourras plus jamais dormir en paix. Rappelle-toi de ma voix d’enfant qui te disait de me laisser tranquille, je veux que tu l’entendes et qu’elle t’empêche de dormir ! 

Je ne sais pas quels problèmes j’aurais en rendant ta photo publique et cela ne m’intéresse pas. Qu’est-ce que tu peux encore me faire ? Sois heureux, ta famille t’aime encore, et au moins, ma grand-mère te préfère car tu es son fils. 

J’ai rompu le secret, j’ai décidé de parler tout haut et d’être une voix de plus contre l’abus sexuel envers les enfants et ni toi ni personne ne pourra me faire taire !

Micaela a commencé à être abusée à l’âge de quatre ans. Pendant 12 ans, elle s’est tue. Son père lui répétait sans cesse que si elle parlait, sa mère la disputerait.

Mais alors que la fillette devient adolescente, ses professeurs décèlent un problème dans son comportement : elle est seule, renfermée sur elle-même et dépressive. Voici le genre de dessin qu’elle a fait un jour :

Après des années de souffrance, Micaela a décidé de parler et d’être la porte-parole de milliers d’enfants qui souffrent d’abus sexuels incestueux. Elle a créé un site internet et une page Facebook pour témoigner.

Récemment, elle a tenu à raconter comment l’horreur a commencé :

Cela a commencé quand j’avais environ quatre ans, avec quelque chose d’aussi innocent qu’un ours en peluche. Il avait une peluche de gorille et moi une ourse. Et il m’a dit qu’ils étaient fiancés et qu’il allait m’apprendre comment faire pour jouer. Son gorille s’appelait Chico et mon ourse Corazón. J’étais enfant, mais je m’en rappelle encore. De nombreuses fois, j’ai jeté Chico parterre dans l’espoir que cela mette fin à tout ça, j’étais tellement innocente…” 

Aujourd’hui, des milliers de gens soutiennent Micaela et l’adolescente, qui est toujours en procès contre son père, trouve refuge dans l’écriture. Elle aimerait même écrire un livre sur sa vie. Mais son souhait le plus cher, c’est que les enfants qui vivent le même cauchemar qu’elle ne se sentent pas coupables et n’aient pas peur de parler. 

Commentaires

Également féroce